Samu: ouverture d'une enquête à Cahors après la mort d'un septuagénaire

Samu: ouverture d'une enquête à Cahors après la mort d'un septuagénaire

Publié le 16/05/2018 à 12:57 - Mise à jour à 13:00
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Toulouse

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Une enquête préliminaire a été ouverte à Cahors, après la plainte de la famille d'un septuagénaire décédé début avril qui reproche au Samu une intervention trop tardive, a-t-on appris mercredi auprès du parquet.

"L'enquête pour recherche des causes de la mort a été confiée à la brigade de recherche de Cahors", a indiqué le procureur de la République de Cahors, Frédéric Almendros.

L'épouse de cet homme a porté plainte pour non-assistance à personne en danger, accusant le Samu d'avoir trop tardé à répondre à leur appel alors que l'état de son mari se détériorait.

Une affaire qui fait écho au décès en décembre de Naomi Musenga, une jeune femme de 22 ans moquée au téléphone par une opératrice du Samu à Strasbourg. Un dossier qui a soulevé une vague d'indignation et entraîné l'ouverture de plusieurs enquêtes. La ministre de la Santé Agnès Buzyn avait alors pointé de "graves dysfonctionnements".

Selon France 3 Occitanie qui a révélé cette nouvelle affaire dans le Lot, un habitant de Concots, à une trentaine de kilomètres au sud-est de Cahors, qui souffrait d'emphysème et était sous assistance respiratoire, s'est trouvé mal dans la soirée du 31 mars.

Son épouse a dû appeler à deux reprises le numéro du Samu avant qu'on ne lui conseille d'appeler un médecin de garde. A son arrivée, ce dernier a d'abord fait appel à une ambulance privée, avant de finalement contacter le Samu alors que l'état du patient s'aggravait. Mais l'équipe du Samu n'a pu ranimer l'homme.

"L'affaire a été traitée de façon très professionnelle", a affirmé de son côté le docteur Thierry Debreux le médecin chef du Samu, pour qui il n'y a "pas eu de dysfonctionnement".

"A la différence de l'affaire de Strasbourg, un médecin est entré en contact avec le patient, il a ensuite envoyé un médecin de garde", a indiqué le médecin joint par l'AFP.

Le Dr Debreux a précisé que "la permanencière a orienté l'appel sur le régulateur de la médecine libérale" qui a pu "interroger le patient et lui donner des conseils".

Par ailleurs, le Samu du Lot est mis en cause pour deux décès intervenus en 2012 et 2013 dans le cadre d'une enquête confiée à un juge d’instruction de Cahors, a indiqué à l'AFP l'avocat des familles, Me François Faugère.

"Dans ces deux dossiers on peut parler de dysfonctionnements", a souligné l'avocat cadurcien qui n'a pas souhaité "en dire plus sur des affaires à l'instruction".

Auteur(s): Par AFP - Toulouse

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-