Sanction du CSA: Touche pas à mon poste privé de publicité pendant 3 semaines

Sanction du CSA: Touche pas à mon poste privé de publicité pendant 3 semaines

Publié le 07/06/2017 à 21:00 - Mise à jour à 22:05
© THOMAS SAMSON / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Première sanctions contre Cyril Hanouna : le CSA a privé de publicité pour trois semaines Touche pas à mon poste, son émission phare sur la chaîne C8, pour deux séquences diffusées fin 2016 et qui avaient suscité des plaintes, l'une pour atteinte au respect de la personne humaine et l'autre pour sexisme.

Cette décision "s'applique aux émissions en direct comme à leurs rediffusions pour une durée totale de trois semaines au cours du mois de juin" et s'applique pendant l'émission, ainsi que 15 minutes avant et 15 minutes après sa diffusion, précise le régulateur dans un communiqué publié mercredi.

C'est la première fois que le CSA applique ce type de sanction et la procédure a en outre été particulièrement rapide, les dirigeants de la chaîne ayant été auditionnés mercredi matin.

Selon une source proche du dossier, le coût de cette mesure se situerait pour la chaîne, qui peut faire appel auprès du Conseil d'Etat, entre 1,5 million et 2 millions d'euros.

Contactée par l'AFP, la chaîne n'était pas joignable pour réagir.

Au CSA, on espère avec cette mesure casser la spirale du buzz qui permet de vendre des écrans publicitaires aux annonceurs mais également faire prendre conscience à l'animateur, qui collectionne les avertissements, qu'il faut en tenir compte.

Ces deux premières sanctions concernent deux séquences diffusées en novembre et décembre 2016.

- 40.000 plaintes -

La première, diffusée le 3 novembre, montre des images tournées en caméra cachée du chroniqueur Matthieu Delormeau victime d'un simulacre organisé par l'animateur-producteur de l'émission.

Le chroniqueur, "présenté comme témoin d'une agression mortelle commise par l'animateur, est sommé de s'accuser du crime et apparaît n'être informé de la manipulation que le lendemain, ce qui l'a placé dans une situation de détresse et de vulnérabilité manifeste pendant toute la durée de l'émission", estime le CSA.

"En diffusant cette séquence la société C8 a gravement méconnu son obligation de faire preuve de retenue dans la diffusion d'images susceptibles d'humilier les personnes", indique le régulateur, qui précise que cette séquence vaut à l'émission une semaine de suspension de publicité.

La deuxième séquence a été diffusée le 7 décembre. On y voit Cyril Hanouna proposer à l'une des chroniqueuses de TPMP, Capucine Anav, de fermer les yeux et de poser ses mains sur lui, pour deviner quelle partie du corps elle touchait, jusqu'à ce qu'elle pose ses mains sur son sexe.

"Le CSA a considéré que cette scène méconnaissait les dispositions de la loi du 30 septembre 1986 qui lui donnent la responsabilité de lutter contre les stéréotypes, les préjugés sexistes, les images dégradantes et les violences faites aux femmes, en particulier dans les émissions ayant un impact important sur le jeune public", indique le CSA, précisant que cette sanction vaut à TPMP deux semaines supplémentaires de privation de publicité.

Une procédure de sanction est toujours en cours pour un canular jugé homophobe diffusé en mai, qui a déclenché une avalanche de réactions et pour laquelle l'animateur habitué des polémiques s'est excusé. Pour cette séquence, le CSA a enregistré un nombre de plaintes de téléspectateurs record (près de 40.000 mercredi).

Dans cette dernière affaire, la société de production de Cyril Hanouna, H2O, a par ailleurs déposé deux plaintes contre X pour "dénonciation calomnieuse" et "diffusion de fausses nouvelles" et une plainte en diffamation contre le président de l'association Le Refuge, selon son avocat.

Boudée par des annonceurs massivement interpellés sur Twitter, TPMP a suspendu pour quelques jours fin mai la diffusion des publicités, ce qui lui a valu un manque à gagner d'environ un million d'euros, selon Le Figaro. Depuis début juin, quelques spots sont de nouveau diffusés.

Poule aux oeufs d'or de C8, l'émission, qui terminera sa saison le 23 juin, réalise régulièrement des records d'audience, notamment auprès des jeunes téléspectateurs. Mardi soir, TPMP a attiré 1,5 million de téléspectateurs, soit 6,2% de part d'audience, faisant de C8 la 5e chaîne la plus regardée et la première pour la TNT.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La sanction concerne deux séquences diffusées fin 2016.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-