Savoie: l'aide-soignante empoisonneuse de 13 personnes âgées condamnée à 25 ans de réclusion criminelle

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Savoie: l'aide-soignante empoisonneuse de 13 personnes âgées condamnée à 25 ans de réclusion criminelle

Publié le 23/05/2017 à 16:00 - Mise à jour à 19:15
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

L'aide-soignante poursuivie pour l'empoisonnement de 13 personnes âgées - dont 10 en sont mortes - dans une maison de retraite près de Chambéry a été condamnée mardi à 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Savoie.

Les jurés ont retenu l'altération du discernement de Ludivine Chambet au moment des faits, commis entre septembre 2012 et novembre 2013.

Elle encourait la perpétuité et l'avocat général avait réclamé 30 ans de réclusion lundi au terme d'un réquisitoire virulent contre celle qu'il a qualifiée de "tueuse déterminée".

Ludivine Chambet, 34 ans, est restée impassible au moment de l'énoncé du verdict, rendu à l'issue de six heures de délibérations, au 11e jour d'un procès singulier par la série des crimes commis et la complexité de la personnalité de l'accusée.

Mais cela n'en faisait pas pour autant une "tueuse en série", selon les experts psychiatres. Plutôt une personne "fragile et immature psychiquement".

Ludivine Chambet était accusée du crime d'empoisonnement par administration de cocktails de médicaments psychotropes, des mélanges toxiques qu'elle a fait boire à 30 reprises, avec la circonstance aggravante que ses victimes étaient des personnes vulnérables.

Ces pensionnaires de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) où elle travaillait, âgés de 76 à 96 ans, n'étaient pas en fin de vie et aucun n'avait exprimé l'envie d'abréger son existence.

- 'Tourner la page' -

La grande majorité avait des familles, présentes, et le témoignage de leurs souffrances a arraché des larmes à l'accusée, jusqu'alors emmurée dans ses traitements anxiolytiques et antidépresseurs. Premières émotions visibles.

Les parties civiles ont réagi différemment à l'annonce du verdict, à la sortie de la salle d'audience.

Les enfants de Joséphine Pachoud, Jacques et Michèle, ont versé quelques larmes, en entendant la présidente Isabelle Oudot répondre positivement aux questions posées à la cour et au jury sur la culpabilité de Ludivine Chambet dans chacun des empoisonnements commis.

Tous deux avaient besoin d'entendre la "reconnaissance" de sa culpabilité, alors que l'accusée avait contesté tout au long de l'audience l' empoisonnement de leur mère ainsi que celui d'une autre victime, Mathias Carle.

Il s'agissait pour eux de "redonner un certain honneur à notre mère". "Il n'y a pas d'acharnement, pas de haine", ont-ils assuré.

Comme eux, la plupart des parties civiles espèrent maintenant "tourner la page". Quelques autres étaient plus déçus.

Pour Me Olivier Connille, "25 ans, cela fait presque 2 ans par victime". Mais au-delà, "c'est dommage qu'elle n'ait pas fendu la carapace, presque pas réussi à se livrer un peu. C'est le plus grand regret de ce procès. Même pour elle".

- Le mystère Ludivine reste entier -

Ludivine Chambet restera pour beaucoup un mystère, incarné par un corps massif, dû à une forme de gigantisme hérité d'un syndrome génétique rare, et une voix fluette de petite fille.

Une petite fille qu'elle n'a cessé d'être au gré d'une relation fusionnelle avec sa mère, qu'elle a accompagnée au long de sa leucémie et qui est morte dans ses bras, concomitamment aux crimes.

Ce lien brisé, Ludivine Chambet a été "amputée" d'une partie d'elle-même et son fragile équilibre psychique s'est effondré. C'est l'un des éléments qui a été mis en avant pour tenter d'expliquer ses passages à l'acte alors qu'elle parlait de "soulager" les résidents qu'elle empoisonnait.

Pour un de ses avocats, Me Thomas Bidnic, cette peine de 25 ans "laisse la place à l'humanité". Les jurés "ont choisi la vie. Il y a une vie pour Ludivine Chambet. Il y a un retour dans la société envisagé, évidemment pas demain", a-t-il estimé.

La peine est assortie d'un suivi socio-judiciaire avec 10 ans d'obligation de soins et l'interdiction, à sa sortie, d'exercer sa profession d'aide-soignante.

L'avocat général ne pense pas faire appel pas plus que les avocats de la défense.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Municipale 2014

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-