SNCF: Martinez veut des précisions sur la reprise de la dette le 7 mai à Matignon

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

SNCF: Martinez veut des précisions sur la reprise de la dette le 7 mai à Matignon

Publié le 03/05/2018 à 09:33 - Mise à jour à 09:34
© LUDOVIC MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a indiqué jeudi, 13e jour de grève à la SNCF depuis début avril, qu'il attendait des précisions sur la reprise de la dette ferroviaire lors du rendez-vous lundi à Matignon avec Edouard Philippe.

"Il y a dix jours le Premier ministre disait +Hors de question de les recevoir+. Il a changé d'avis. Vous voyez donc que les mobilisations servent à quelque chose", a déclaré sur Public Sénat M. Martinez, qui participera jeudi au rassemblement des cheminots place Joffre à Paris. Si M. Philippe "a changé d'avis, c'est qu'il a des choses à nous dire", a-t-il ajouté.

Le numéro un de la CGT a souligné qu'il attendait "des choses précises" sur la reprise de la dette de l'entreprise ferroviaire, "due à des décisions de l'État, le programme LGV (lignes à grande vitesse)" qui "a coûté plus de 100 milliards d'euros depuis 30 ans". "Quand, combien (...) c'est une question", a-t-il dit.

Mais il a aussi évoqué le "statut de l'entreprise". "Pourquoi le changer si ça ne change rien", a-t-il demandé. Pour les cheminots, le changement de statut de la SNCF est "la porte ouverte à la privatisation", a-t-il rappelé.

M. Martinez a également soulevé la question des investissements, insistant sur l'"urgence à investir dans la maintenance des lignes".

Et "s'il ne se passe rien" lors des rencontres le 7 mai, il y a une "journée sans cheminots" prévue le 14 mai, a-t-il rappelé, en jugeant que la grève était "installée", même s'il y a "des hauts et des bas", et "se maintient à un haut niveau".

Un TGV et un Transilien sur deux circuleront jeudi, ainsi que deux TER sur cinq, selon les prévisions de la SNCF. Elle a comptabilisé 29,8% de grévistes, après un taux de 32,2% enregistré le 24 avril, "dernier jour ouvrable (de grève) comparable".

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Gare de Lyon le 3 avril 2018 à Paris

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-