Soirée d'Halloween à La Réunion: 12 interpellations pour violences urbaines

Soirée d'Halloween à La Réunion: 12 interpellations pour violences urbaines

Publié le 01/11/2019 à 06:21 - Mise à jour à 09:44
© Richard BOUHET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Douze personnes ont été interpellées après des violences urbaines comises dans 14 des 24 communes de La Réunion dans la nuit de jeudi à vendredi en marge de la soirée d'Halloween, a indiqué la préfecture dans un communiqué.

Un important dispositif de sécurité, regroupant 600 policiers et gendarmes et 280 pompiers, avait été déployé par Jacques Billant, préfet de La Réunion, "ce qui a permis de contenir les violences urbaines" commente-t-il

Une quarantaine de feux, dont "deux feux de véhicules, l’incendie d’une maison désaffectée, des feux de broussailles et de détritus" ont été constatés, précise la même source qui se félicite qu'aucun commerce n'ait été pillé et qu'aucun blessé ne soit à déplorer.

"Perpétrées par de petits groupes de jeunes", ces violences urbaines "ont été d’intensité moindre (…) comparativement à l’année 2018" où des affrontements parfois violents avaient opposé forces de l'ordre et bandes de jeunes dans plusieurs villes.

Cette année, un arrêté préfectoral interdisait depuis mardi soir et jusqu'à vendredi l’utilisation "de produit susceptible de troubler l’ordre public". "Les articles pyrotechniques, fusées de détresse, armes à feu y compris factices" étaient cités.

"La vente au détail de carburant (…) dans tout récipient transportable" aussi que la vente de nuit d'alcool à emporter étaient aussi interdites.

Ces mesures ont été prises alors que l'île est sporadiquement touchée par des violences urbaines depuis la visite d'Emmanuel Macron du 23 au 25 octobre.

Les heurts les plus importants ont eu lieu le jeudi 24 octobre et ont opposé une centaine de jeunes et les forces de l’ordre dans la commune du Port, à 20 kilomètres de Saint-Denis.

Au cours de ces heurts huit policiers, un gendarme et un pompier avaient été blessés et 12 personnes ont été interpellées et jugées donnant lieu à des condamnations pénales.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Heurts entre manifestants et forces de police, le 24 octobre 2019 au Port, sur l'île de La Réunion

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-