Subversion par la culture: Vivienne Westwood s'expose à Lyon

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Subversion par la culture: Vivienne Westwood s'expose à Lyon

Publié le 10/09/2020 à 08:23 - Mise à jour à 18:00
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par Olga NEDBAEVA - Lyon (AFP)

-A +A

Reine du punk et militante écologiste, dont le "Achetez moins, choisissez mieux" résonne avec l'époque, la Britannique Vivienne Westwood investit le musée des tissus à Lyon avec sa mode subversive puisant dans le patrimoine dès le Moyen-Age.

Une veste cintrée à manches "assiettes" qui libèrent le mouvement s'expose à côté du pourpoint de Charles de Blois du XIVe siècle, un chef-d'oeuvre du musée lyonnais, coupée de la même façon.

Il a inspiré Vivienne Westwood, cette ancienne institutrice et grande technicienne de la mode autodidacte. Elle a même enseigné cette coupe à ses étudiants parmi lesquels celui qui deviendra son mari, Andreas Kronthaler, de 25 ans son cadet, et qui dessine actuellement les collections pour sa maison.

Une robe chemise moderne de face se transforme de dos en une robe à plis du 18e siècle. Le galon d'une veste à motif d'ailes d'ange et de grappes de raisin reproduit celui créé à Lyon au XVIIIe siècle pour l'Eglise catholique. L'arrière de cette veste est coupée comme le col des chasubles.

- Assange et "climate revolution" -

L'exposition "Art, mode et subversion" qui accueille le public du 10 septembre au 17 janvier est la première en France consacrée à Vivienne Westwood, 79 ans, et toujours sur tous les fronts- elle se met en cage et marche contre l'extradition de Julian Assange ou pose à moitié nue pour son projet "climate revolution".

Les pièces de la collection Lee Price, prêtées pour l'exposition, dialoguent avec celles du plus grand musée des tissus au monde qui a cherché à "convoquer le musée imaginaire de Vivienne Westwood et restituer ses références", explique à l'AFP Julie Ruffet-Troussard, historienne de l'art et une des commissaires de l'exposition.

"Vivienne Westwood résume tout: du punk, du nouveau romantisme, de la couture. Chacun peut s'identifier avec ses vêtements. J'espère qu'il y a quelque chose que tout le monde peut comprendre et aimer", déclare à l'AFP le Britannique Lee Price, 47 ans, qui a travaillé onze ans dans les boutiques de la créatrice et qui porte un pantalon "entravé" Westwood pour présenter les vêtements.

Passionné par l'univers de Westwood dès son adolescence, il collectionne habits, chaussures ou invitations au défilés comme des oeuvres d'art.

- Sex Pistols et XVIIIe siècle -

L'exposition retrace le parcours de près d'un demi-siècle de la créatrice inclassable, des Sex Pistols aux campagnes écologistes en passant par les défilés parisiens, avec des collections détournant les codes de l’aristocratie anglaise ou jouant avec le savoir-faire du XVIIIe siècle, l'âge d'or de l'artisanat.

"Vivienne Westwood est éminemment moderne, parce qu'elle s'ancre dans le passé. Elle n'a pas du tout d'estime pour ces artistes contemporains qui veulent faire table rase du passé et créer à partir de rien", explique à l'AFP Esclarmonde Monteil, directrice du musée et commissaire de l'exposition.

Une salle flanquée de photos de défilés et arrangée comme un podium invite à réfléchir à la façon dont on s'habille et "regarder la fast fashion d'un autre oeil" dans ce musée qui conserve des tissus "qui ont des milliers d'années", souligne Mme Monteil.

"Le mantra de Westwood +achetez moins, choisissez mieux et faites durer+, c'est aussi ce qu'on veut transmettre au musée", ajoute-t-elle.

Une prise de position plus que jamais dans l'air du temps pendant la crise du Covid qui bouscule le milieu de la mode: Louis Vuitton recycle ses collections, Gucci et Saint-Laurent renoncent à la frénésie des Fashion weeks et des centaines de maisons plus modestes s'engagent à produire moins, réduire les voyages et revisiter les défilés.

Dans ce même esprit, les scénographes ont recyclé au maximum les installations de la précédente exposition au musée consacrée à Yves Saint Laurent et ont commandé le reste des matériaux dans la région.

Auteur(s): Par Olga NEDBAEVA - Lyon (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Exposition "Vivienne Westwood. Art, mode et subversion" au musée des tissus à Lyon, le 8 septembre 2020

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-