Suicide: la Bretagne et tout le quart nord-ouest en première ligne

Suicide: la Bretagne et tout le quart nord-ouest en première ligne

Publié le 05/02/2019 à 17:41 - Mise à jour à 19:46
© Sophie RAMIS / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Paul RICARD - Paris (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

La Bretagne est la région où il y a le plus grand nombre de suicides par habitant et tout le quart nord-ouest de la France est particulièrement touché, selon des chiffres dévoilés mardi lors de la journée nationale de la prévention du suicide.

A l'inverse, l'Ile-de-France est la région la moins concernée, selon un ensemble d'analyses régionales inédites publiées par l'agence sanitaire Santé publique France.

En 2015, il y a eu 8.948 décès par suicide en France métropolitaine, rappelle l'agence sanitaire en citant les données du Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc-Inserm).

"La France présente un des taux de suicide les plus élevés d'Europe", souligne Santé publique France, malgré une baisse ces dernières années.

Si on rapporte les morts par suicide au nombre d'habitants, la région la plus touchée est la Bretagne (24,7 morts par suicide pour 100.000 habitants), devant les Pays-de-la-Loire (21,3), les Hauts-de-France (20,7) et la Normandie (19,5).

Ces quatre régions du quart nord-ouest sont largement au-dessus de la moyenne nationale des morts par suicide (15,8 pour 100.000 habitants).

A l'inverse, l'Ile-de-France a le taux le plus bas de France métropolitaine (7,6 morts par suicide pour 100.000 habitants, moitié moins que la moyenne nationale).

Par ailleurs, 7,2% des adultes âgés de 18 à 75 ans en France ont tenté de se suicider au cours de leur vie, et 0,39% l'ont fait au cours des douze mois précédents, selon des estimations dévoilées mardi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de Santé publique France.

En outre, près d'un adulte sur vingt (4,7%) a pensé passer à l'acte au cours des 12 derniers mois.

Ces estimations sur les pensées suicidaires et les tentatives sont basées sur les déclarations de 25.000 personnes, interrogées dans le cadre du Baromètre de Santé publique France 2017.

Là encore, ces chiffres nationaux cachent des disparités régionales.

- "Paradoxe apparent" -

Ainsi, la proportion d'adultes qui ont déjà tenté de se suicider est nettement plus élevée dans les Hauts-de-France (10,1%) qu'ailleurs. Les régions où cette proportion est la plus basse sont l'Ile-de-France (6,2%) et Auvergne-Rhône-Alpes (5,9%).

"Si on considère l'ensemble des données (décès après un suicide, hospitalisations, pensées suicidaires, ndlr), la région Hauts-de-France a la situation la plus défavorable", selon Santé publique France.

"A l'opposé, l'Ile-de-France a la situation la plus favorable", poursuit Santé publique France.

Au niveau national, la plus grande partie des adultes qui ont déjà tenté de se suicider l'ont fait entre 15 et 19 ans. Parmi les tentatives de suicide chez les femmes, 30% ont eu lieu à cet âge (19,5% chez les hommes).

Globalement, il y a proportionnellement plus de tentatives de suicide chez les femmes (9,9% d'entre elles disent être passées à l'acte) que chez les hommes (4,4%).

Pourtant, il y a plus d'hommes que de femmes qui meurent après un suicide.

"L'un des facteurs explicatifs serait l'utilisation de moyens plus létaux chez les hommes (armes à feu, pendaison) entraînant, malgré un plus faible nombre de tentatives, davantage de décès que chez les femmes", relèvent les auteurs du BEH au sujet de ce "paradoxe apparent".

Les facteurs les plus couramment associés aux comportements suicidaires sont "les situations financières difficiles, le fait d'être célibataire, divorcé ou veuf, l'inactivité professionnelle ainsi que les événements traumatisants" (décès ou maladie d'un proche, notamment pendant l'enfance ou l'adolescence, climat de violence familiale et, surtout, "le fait d'avoir subi des violences sexuelles").

"Le facteur le plus associé aux pensées suicidaires est d'avoir vécu un épisode dépressif caractérisé au cours de l'année", selon le BEH.

Les auteurs reconnaissent toutefois une limite importante à cette étude: "L'enquête n'interroge pas la population des adolescents (moins de 18 ans), très concernée par ce problème de santé publique, notamment les jeunes filles de 15-19 ans pour lesquelles le taux d'hospitalisation pour tentative de suicide est le plus élevé".

Auteur(s): Par Paul RICARD - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les tentatives de suicide en France en 2017

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-