Surpopulation carcérale: 849 détenus dorment sur un matelas au sol

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Surpopulation carcérale: 849 détenus dorment sur un matelas au sol

Publié le 08/03/2021 à 17:23 - Mise à jour à 19:50
© Thomas COEX / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris
-A +A

En raison de la surpopulation carcérale, "849 détenus sont aujourd'hui contraints de dormir sur des matelas posés à même le sol", a indiqué lundi le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti dans l'hémicycle du Sénat.

Le ministre de la Justice intervenait lors de l'examen en première lecture d'une proposition de loi visant à répondre à l'exigence du Conseil constitutionnel d'ouvrir une voie de recours effective aux détenus, pour pouvoir contester leurs conditions de détention quand elles sont jugées indignes.

"J'ai une certitude, celle qui m’a accompagnée toute une vie durant alors que j’étais avocat et qui, désormais garde des Sceaux, m’impose d'agir : la privation de liberté ne doit pas être - ne peut pas être - une privation de dignité", a déclaré M. Dupond-Moretti. "Car nier les droits fondamentaux des personnes incarcérées revient à contester leur humanité même".

La crise sanitaire "a généré une réduction inédite de la population carcérale", a rappelé le ministre. "Mais depuis la reprise de l’activité juridictionnelle, le nombre de détenus augmente à nouveau : nous comptabilisons 5.000 détenus de plus depuis le premier déconfinement", a-t-il indiqué.

"Et 849 détenus sont aujourd'hui contraints de dormir sur des matelas posés à même le sol", a-t-il ajouté.

"Nous devons donc mettre en place une politique carcérale cohérente et volontariste car nous ne pouvons pas perdre cette opportunité d’une population pénale maîtrisée offrant à la fois de meilleures conditions de détention comme de travail pour les personnels pénitentiaires", a-t-il affirmé.

Selon le garde des Sceaux, "les aménagements de peine dès leur prononcé ont très significativement augmenté de 3 à 11% en moins d’un an".

Le ministre a cependant relevé que depuis la promulgation de la loi de programmation et de réforme pour la Justice en mars 2020 qui interdit les peines de prisons de moins d’un mois, "227 peines de facto illégales ont tout de même été prononcées".

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, à l'Assemblée nationale, le 2 mars 2021

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-