Tereos: coup de canne au pays du sucre

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Tereos: coup de canne au pays du sucre

Publié le 19/12/2020 à 00:38 - Mise à jour à 01:38
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par Isabel MALSANG, Isabel MALSANG et Marie-Morgane LE MOEL - Paris (AFP)

-A +A

Les chaises ont valsé vendredi soir à la direction du groupe nordiste Tereos, qui a remplacé ses principaux dirigeants au terme d'un coup de force organisé par des coopérateurs opposés à la stratégie du deuxième groupe sucrier mondial.

Alexis Duval, petit-fils du fondateur et fils de Philippe Duval, son prédécesseur à la présidence du directoire jusqu'en 2012, a été débarqué par le conseil de surveillance réuni vendredi soir, au terme d'une épique bataille judiciaire livrée au coeur des instances de direction du groupe.

En fin d'après-midi vendredi, le tribunal judiciaire de Senlis (Oise) avait ouvert la voie à ce coup de théâtre en déboutant le président sortant du conseil de surveillance qui réclamait la suspension de trois de ses membres "frondeurs" et contestait la validité du conseil convoqué vendredi soir.

En jeu se trouvait la stratégie de diversification internationale de ce géant au chiffre d'affaires annuel de 4,5 milliards d'euros, menée depuis son accession à la direction par M. Duval, qui a hissé Tereos de la 4e place mondiale à la 2e en un peu moins d'une décennie à coup d'acquisitions.

Une partie des 12.000 agriculteurs, planteurs de betteraves actionnaires et propriétaires du groupe, contestaient cette stratégie qui a lourdement accentué l'endettement de Tereos, sur fond de baisse des cours mondiaux du sucre.

A peine la décision du tribunal était-elle connue que le conseil de surveillance se réunissait: l'un des trois principaux meneurs de la fronde, Gérard Clay, agriculteur dans le Pas-de-Calais, a été élu à sa présidence; côté directoire, Alexis Duval a été remplacé par Philippe de Raynal, ancien dirigeant d'une autre grande coopérative agricole Axereal.

- "Recoller les morceaux" -

Interrogé par l'AFP vendredi soir, Xavier Laude, agriculteur près de Cambrai qui faisait partie des "frondeurs" siégeant au conseil de surveillance, s'est dit "satisfait": reconstruire "va faire partie de ce qu'on va devoir faire. Il y a toute la partie économique qui nous préoccupait, mais aussi la partie relationnelle, gouvernance, il va falloir recoller les morceaux".

Une tâche qui s'annonce rude tant les flèches ont été empoisonnées depuis trois ans. Pour tenter de débarquer la direction, les frondeurs ont été jusqu'à accuser leur groupe d'avoir maintenu des livraisons de sorbitol (utilisé pour réaliser des explosifs, NDR) en Syrie en 2017 dans des zones où elles risquaient de se retrouver dans les mains de groupes terroristes. Le parquet antiterroriste avait finalement classé cette plainte sans suite.

Du côté des salariés, qui ces derniers jours avaient pris fait et cause pour l'ancienne direction, craignant des fermetures d'usines si la stratégie du groupe devait changer brusquement, Lionnel Cavennes, délégué du personnel CGT, a exprimé son inquiétude face à "l'inconnu".

"A la tête du groupe, on peut mettre Pierre, Paul, Jacques, ce n'est pas notre souci premier. Nous, on est inquiets pour les salariés, pour les usines et pour le groupe", a-t-il dit à l'AFP.

"La politique du groupe, on la connaissait, la voie était tracée. Là on a un nouveau conseil de surveillance, un nouveau président du directoire. Tout est nouveau et on avance vers l'inconnu", a-t-il déploré, dans un contexte de crises multiples avec "la sécheresse, la jaunisse de la betterave".

Outre la chute des prix, le secteur français du sucre a en effet subi de plein fouet une crise climatique cette année, avec une épidémie de "jaunisse" due à un puceron, qui a fait plonger la récolte de betteraves de 30% en 2020 par rapport à la moyenne des cinq dernières années, au plus bas depuis plus de 30 ans.

Le secteur, qui concerne 46.000 emplois directs en France, a été tiré de l'ornière par le gouvernement qui vient de réautoriser, au grand dam des écologistes, l'utilisation de semences enrobées d'insecticides néonicotinoïdes pour protéger les betteraves de la jaunisse pendant trois ans.

im-lem-ngu-cor-bj/ak/ahe

Auteur(s): Par Isabel MALSANG, Isabel MALSANG et Marie-Morgane LE MOEL - Paris (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Usine du groupe sucrier Tereos, à Lillers, dans le nord de la France, le 18 novembre 2011

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-