Adama Traoré: un frère en garde à vue, soupçonné d'avoir tiré sur des gendarmes

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Adama Traoré: un frère en garde à vue, soupçonné d'avoir tiré sur des gendarmes

Publié le 28/02/2017 à 13:48 - Mise à jour à 22:34
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Un frère d'Adama Traoré a été placé en garde à vue mardi dans l'enquête sur des tirs contre les forces de l'ordre en juillet à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise), durant des violences ayant suivi la mort du jeune homme lors de son arrestation, a indiqué le parquet.

Plusieurs membres de la famille de Bagui Traoré, parmi lesquels sa soeur Assa et son frère Youssouf, ont aussi été entendus comme témoins mardi dans le cadre de cette procédure, a déclaré lors d'une conférence de presse Assa Traoré, dénonçant un "acharnement de la part de l’État".

Actuellement incarcéré, Bagui Traoré a été extrait de la maison d'arrêt du Val-d'Oise et placé en garde à vue "pour des faits de tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique", a indiqué le parquet de Pontoise.

Cinq autres personnes, dont sa compagne, ont été interpellées et placées en garde à vue dans cette affaire, et une douzaine de témoins ont été entendus, selon une source proche de l'enquête.

Trois armes longues ont été saisies chez l'un des gardés à vue, un homme très défavorablement connu des services de police, a-t-on appris de même source.

Après la mort d'Adama Traoré, 24 ans, lors de son arrestation par des gendarmes le 19 juillet, des violences avaient éclaté à Beaumont-sur-Oise, d'où il était originaire, et dans les communes voisines: tirs d'armes à feu et de mortiers artisanaux, véhicules incendiés, bâtiments publics pris pour cible.

Selon les autorités, une soixantaine de coups de feu avaient été tirés pendant ces cinq nuits de violences, où 13 policiers et gendarmes avaient été blessés. Une information judiciaire sur ces tirs avait été ouverte, et l'enquête confiée à la section de recherches de Versailles.

Quatre personnes, interpellées ces derniers mois, sont déjà en détention provisoire dans cette affaire, selon le parquet.

Bagui Traoré avait été condamné en décembre à huit mois de prison ferme pour outrages et violences à l'égard de policiers municipaux et gendarmes, lors d'un rassemblement organisé en marge d'un conseil municipal à Beaumont-sur-Oise en novembre. Il a fait appel. Son frère Youssouf a, lui, été condamné à six mois de prison dont trois avec sursis pour outrages et menaces de mort.

Lors d'une conférence de presse organisée mardi en fin de journée, Assa Traoré, devenue porte-parole de la famille, a dénoncé un "acharnement de la part de l'État, de la part des forces de l'ordre, de la justice". "Ils veulent nous faire flancher, ils veulent nous faire tomber, dissoudre notre lien familial, notre comité, ce matin on l'a encore vu", mais "on ne lâchera pas", a lancé la jeune femme.

Le comité de soutien à Adama Traoré a annoncé qu'une manifestation aurait lieu samedi à Beaumont-sur-Oise.

L'information judiciaire chargée d'éclaircir les circonstances de la mort d'Adama Traoré n'a pour l'heure donné lieu à aucune mise en examen.

Le cas d'Adama Traoré s'est retrouvé de nouveau au coeur du débat public depuis qu'a éclaté l'affaire Théo, du nom de ce jeune homme de 22 ans, victime d'un viol présumé à la matraque lors d'une interpellation début février à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Mardi encore, des lycéens ont manifesté contre les violences policières à Paris et dans sa banlieue, scandant notamment "Justice pour Adama, on ne veut pas d'une police made in USA".

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un frère d'Adama Traoré a été placé en garde à vue.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-