Travail au noir sur l'EPR: peine alourdie pour Bouygues TP

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Travail au noir sur l'EPR: peine alourdie pour Bouygues TP

Publié le 20/03/2017 à 18:42 - Mise à jour à 18:49
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

La justice a légèrement alourdi lundi en appel l'amende infligée à Bouygues TP, filiale de travaux publics du géant français de la construction, condamnée dans une vaste affaire de travailleurs européens irrégulièrement détachés sur le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche).

Bouygues TP devra payer 29.950 euros d'amende. C'est un peu plus que ce à quoi elle avait été condamnée en juillet 2015 par le tribunal correctionnel de Cherbourg (25.000 euros). Mais cela ne lui interdit pas l'accès au marché public car c'est inférieur à 30.000 euros, a précisé lundi le président de la cour d'appel de Caen Henri Ody.

Cette peine est également nettement inférieure à celle requise par le parquet général en novembre lors de l'audience en appel (50.000 euros).

Dans cette affaire, la cour d'appel a également confirmé la condamnation de la société roumaine Elco et de l'entreprise nantaise Welbond.

"Une entreprise initialement basée en Irlande, agissant par l'intermédiaire d'une succursale chypriote, pour recruter des Polonais qui n'ont jamais mis les pieds à Chypre et signent des contrats en grec auxquels ils ne comprennent rien (...) : ne peut-on humer un plan de fiction juridique ?", avait lancé lors de l'audience en appel l'avocat général Marc Faury, estimant que Bouygues TP ne pouvait ignorer les irrégularités de son sous-traitant irlando-chypriote Atlanco sur ce chantier.

Pour la cour, Bouygues TP est bien coupable d'avoir eu recours entre 2009 et 2011, sur le chantier de l'EPR, aux services d'Atlanco, condamnée en première instance pour le travail dissimulé de 163 salariés polonais.

- Entreprise un peu fantôme -

Cette entreprise un peu fantôme qui a déposé son bilan depuis les faits n'était visée que sur le plan civil en appel.

Atlanco n'avait pas déclaré ces salariés aux organismes sociaux, a rappelé lundi M. Ody.

"Les conditions du détachement n'étaient pas remplies. Bouygues ne peut prétendre ignorer la législation", a estimé lundi le magistrat.

Sous-déclarations d'accidents du travail, "détachés" maintenus quatre ans et demi sur le chantier au lieu des deux ans maximum légalement, MM. Faury et Ody avaient pointé de nombreuses zones d'ombres sociales du "plus grand chantier d'Europe", lors de l'audience.

Mais, contrairement au tribunal de Cherbourg et au parquet général de Caen, la cour a estimé que Bouygues TP, comme Quille, autre filiale de Bouygues Construction, ne sont pas coupables de recours à la société roumaine Elco, condamnée à Cherbourg pour le travail dissimulé de 297 salariés sur le chantier de l'EPR.

Pour la cour, Elco est bien coupable de travail dissimulé. Son amende est augmentée à 60.000 euros, contre 40.000 en première instance.

Toutefois, le contrat d'Elco n'a "pas été signé directement" avec Bouygues TP et Quille, a souligné lundi M. Ody. La société roumaine était sous contrat avec un groupement d'intérêt économique. Dans ses poursuites, "le parquet n'a pas visé le bon contractant", a ajouté M. Ody.

Condamnée à 5.000 euros d'amende à Cherbourg, Quille est en conséquence désormais relaxée.

La cour a par ailleurs confirmé la condamnation de la société nantaise Welbond à 15.000 euros d'amende pour le recours aux services irréguliers d'Atlanco.

- Un tiers d'étrangers sur le chantier -

Le manque à gagner pour l'Urssaf, qui ne s'est toutefois pas portée partie civile, est de 10 à 12 millions d'euros.

"Dans ces conditions, on peut regretter que l'amende de 29.950 euros retenue contre Bouygues, soit encore largement insuffisante pour être réellement dissuasive", a réagi la député européenne EELV Karima Delli dans un communiqué. Une crainte que partage également la CGT, partie civile.

Bouygues TP n'a pas encore décidé si elle saisirait la Cour de Cassation, selon un de ses avocats.

Maître d’œuvre de ce chantier qui cumule déboires et retards, EDF n'était pas poursuivi.

A l'époque des faits, le chantier employait environ 3.000 personnes, dont environ un tiers d'étrangers. Aujourd'hui, la phase BTP est terminée.

Selon Bruxelles, plus de 1,9 million de salariés étaient travailleurs détachés dans l'UE en 2014 (dont un peu moins de 200.000 à destination de la France).

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Sur le site de l'EPR de Flamanville, le 30 mars 2016

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-