Triple infanticide de Pontarlier: la mère reconnaît avoir étouffé les nourrissons

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Triple infanticide de Pontarlier: la mère reconnaît avoir étouffé les nourrissons

Publié le 14/03/2017 à 18:21 - Mise à jour à 21:49
© STEPHANE DONDICOL / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Une mère de 30 ans soupçonnée d'un triple infanticide près de Pontarlier (Doubs) a reconnu avoir "étouffé avec une serviette" ses trois nourrissons à leur naissance, dans un contexte de "déni de grossesse", a indiqué mardi le parquet de Besançon.

Cette femme "a reconnu s'être débarrassée de ses enfants", un bébé né fin 2015 et deux jumeaux nés en novembre 2016, après avoir "accouché seule", a déclaré la procureure de la République de Besançon Edwige Roux-Morizot, lors d'une conférence de presse.

Les nourrissons "étaient viables, car ils ont crié", a-t-elle ajouté. "Elle les a étouffés avec une serviette avant de les mettre dans deux sacs qu'elle a cachés dans les combles" de sa maison.

Ces infanticides se sont déroulés dans un contexte de "déni de grossesse", a précisé la magistrate. La jeune femme ne voulait pas être enceinte, ne voulait pas d'autres enfants et était dans le déni de tout ce qui était extérieur à sa famille.

Le couple "discret", selon leurs voisins, a déjà deux enfants de 3 et 7 ans. Le père est travailleur frontalier en Suisse et sa femme est "quelqu'un d'apprécié, qui travaille et s'occupe très bien de ses enfants", a noté Mme Roux-Morizot.

La garde à vue de la mère de famille et son mari, âgés de 30 et 36 ans, a été prolongée mardi, et une expertise psychiatrique de la mère devrait être demandée dans le cadre de l'enquête, confiée à la police judiciaire de Besançon et au commissariat de Pontarlier.

C'est le père qui a alerté la police sur la présence de sacs à l'odeur nauséabonde à son domicile.

Il s'est "douté" que sa femme était enceinte, car elle grossissait, mais "elle l'a toujours contesté", d'après la procureure, elle a "caché ses grossesses à son mari, à son entourage".

Il a deviné ce qui s'était passé en découvrant les sacs "à l’odeur très forte", sans regarder ce qu'ils contenaient. Il a vu la "réaction très vive de sa femme" et s'est rendu au commissariat pour donner l'alerte, a relaté la procureure.

Les enquêteurs ont ensuite découvert les sacs et les nourrissons dans le garage de la maison, où ils avaient été déplacés entre-temps.

Une autopsie des corps a été ordonnée.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La cour du Palais de Justice de Besançon, le 26 février 2003

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-