Une enquête ouverte sur les violences contre la CGT le 1er-Mai à Paris

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Une enquête ouverte sur les violences contre la CGT le 1er-Mai à Paris

Publié le 02/05/2021 à 14:12 - Mise à jour à 14:51
© Bertrand GUAY / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris
-A +A

Une enquête pour "violences volontaires" et "dégradations" a été ouverte après des violences samedi à la fin de la manifestation parisienne du 1er-Mai qui ont fait plusieurs blessés au sein de la CGT, a indiqué le parquet de Paris dimanche, sollicité par l'AFP.

A la suite des faits commis "à l'encontre de militants et d'un véhicule de la CGT", le parquet de Paris a ouvert cette enquête pour "violences volontaires en réunion" et "dégradations en réunion", confiée à la Sûreté territoriale.

A l'arrivée de la manifestation parisienne place de la Nation vers 18H00, des militants CGT ont été victimes d'une "extrême violence" commise par "un important groupe d'individus dont certains se revendiquant Gilets jaunes", selon le syndicat, qui a déploré samedi soir "21 blessés dont quatre graves".

Les quatre blessés qui avaient été hospitalisés sont depuis sortis de l'hôpital, a-t-on appris auprès de la CGT.

"Insultes homophobes, sexistes, racistes ont précédé des actes de vandalisation des véhicules des organisations", énumère la centrale de Montreuil dans un communiqué.

Sur LCI, son secrétaire général Philippe Martinez a dénoncé un moment "scandaleux" et mis en cause samedi soir "la sécurisation de la manifestation puisque les camions ont été empêchés de dégager de la place de la Nation".

Des responsables syndicaux et politiques ont condamné ces actes, à l'instar du numéro un de la CFDT, Laurent Berger, qui a exprimé sur Twitter sa "solidarité" et jugé "indigne de s’attaquer à une organisation syndicale et à ses militants".

La ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, a aussi adressé dimanche sur franceinfo "un mot de soutien aux syndicalistes et aux personnes de la CGT qui ont été pris à partie", jugeant cela "évidemment absolument inacceptable et intolérable".

Dès samedi soir, la ministre du Travail, Élisabeth Borne, avait condamné "très fermement" les perturbations ayant émaillé certains défilés.

Plusieurs responsables politiques de gauche ont aussi condamné les violences.

"La violence déployée contre le grand syndicat signe la gravité de l'événement. Où va la France ?", a tweeté Jean-Luc Mélenchon (LFI).

"Une fois encore des éléments ultra sont venus gâcher la fête des travailleurs", allant "jusqu'à s'en prendre à des syndicalistes de la CGT", a regretté de son côté Olivier Faure (PS), tandis que le PCF a témoigné de sa "solidarité", la porte-parole de Lutte Ouvrière Nathalie Arthaud dénonçant une agression "odieuse".

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Défilé du 1er mai 2021 à Paris

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-