Une famille rom qui détroussait les touristes à Disneyland en procès

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Une famille rom qui détroussait les touristes à Disneyland en procès

Publié le 29/08/2017 à 15:47 - Mise à jour à 16:15
© BERTRAND GUAY / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

"Voler, c'est tout ce qu'on a appris dans la vie" : au procès d'une famille rom de Roumanie, dont les enfants étaient envoyés détrousser des touristes étrangers, une voleuse repentie a dénoncé mardi le comportement violent du patriarche du clan.

Treize personnes au total sont renvoyées devant le tribunal correctionnel de Meaux (Seine-et-Marne) pour un millier de vols à tire commis entre janvier 2014 et février 2016 aux abords de Disneyland Paris, dans les RER desservant le premier parc d'attraction d'Europe et dans le métro parisien. Et ce pour un préjudice estimé, au bas mot, à un million d'euros.

Parmi les prévenus, dix appartiennent au "clan" Dumitru-Imandita, originaire de la ville roumaine de Craiova, et dirigé d'une main de fer par Marian Tinca (ex-Dumitru), 57 ans, avec la complicité de son ex-femme Maria Iamandita, 51 ans.

Comparaissent également les quatre enfants majeurs du couple et leurs conjoints, dont le rôle consistait à surveiller les agissements de leurs cadets et s'assurer qu'ils restituaient bien l'argent volé.

Agés de 12 à 17 ans, sept mineurs ont été condamnés le 21 juillet par le tribunal pour enfants de Meaux à des peines allant du simple "avertissement solennel" à 30 mois de prison ferme, dont quatre avec sursis.

C'est sur eux, a établi l'enquête de l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) en collaboration avec les autorités roumaines, que reposait l'économie de ce clan qui n'avait pas d'autre source de revenus.

Le produit des vols - entre 1.000 et 2.000 euros par jour, sous forme de devises, bijoux, téléphones, maroquinerie de luxe, tablettes - était utilisé pour les dépenses de la vie courante, mais aussi investi dans des achats immobiliers en Roumanie.

- 'Tais-toi, tu es folle !' -

Au premier jour du procès, Théodora-Cesarella Iamandita, prévenue de 28 ans, assure à la barre avoir "essayé" de décourager ses frères et soeurs de suivre son exemple, elle qui a commencé à faire les poches des gens à l'âge de dix ans, alors qu'elle habitait un campement en Italie.

La présidente objecte qu'elle profitait également des larcins commis par les plus jeunes et notamment sa soeur Valentina, à qui on l'entend passer commande d'un paquet de couches, dans une conversation interceptée par les enquêteurs.

"Voler c'est tout qu'on a appris dans la vie", justifie la jeune femme. "Mais je ne voulais pas que mes frères apprennent à le faire parce que je savais qu'une fois qu'ils commenceraient à voler, ils ne pourraient plus s'arrêter".

"Depuis que je suis en prison, je travaille, je vais à l'école, je suis intégrée. J'ai appris que ça peut-être simple de travailler", poursuit cette mère de famille.

Assis derrière elle dans le box, le patriarche goûte peu ces velléités d'indépendance.

Mais quand elle ose raconter, d'une voix mal assurée, les coups, les menaces, la terreur qu'il faisait régner sur le clan, il explose : "Tais-toi, tu es folle ! Si tu continues à parler je vais prendre 10 ans !"

La présidente fait le sortir. Théodora, en larmes, poursuit: Si encore l'argent volé avait permis à la famille de sortir de la pauvreté et donc de la délinquance mais, explique-t-elle, son père "a gaspillé tout l'argent qui nous appartenait au casino".

Poursuivis pour vol en bande organisée, recel, blanchiment et incitation de mineurs à commettre des délits, les principaux prévenus, risquent jusqu'à 20 ans de prison.

Le jugement est attendu vendredi.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Vue sur Disneyland Paris à Marne-la-Vallée, près de Paris, le 16 mars 2017.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-