François Bayrou quitte le gouvernement

François Bayrou quitte le gouvernement

Publié le 21/06/2017 à 07:21 - Mise à jour à 21:55
© IROZ GAIZKA / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont formé mercredi un gouvernement étoffé, après la cascade de démissions enregistrées depuis lundi, avec 30 membres contre 23 dans l'équipe précédente, une parité stricte (15 hommes/15 femmes) et une majorité de membres (17) venus de la société civile.

Cinq nouveaux ministres ont fait leur entrée dans le gouvernement Philippe 2. Deux sont issues du PS: la juriste et membre du Conseil constitutionnel Nicole Belloubet, nommée à la Justice où elle succède à François Bayrou, et Florence Parly aux Armées pour succéder à Sylvie Goulard.

La diplomate Nathalie Loiseau remplace aux Affaires européennes Marielle de Sarnez, Jacqueline Gourault, sénatrice MoDem, occupe un nouveau poste, celui de ministre auprès du ministre de l'Intérieur, et Stéphane Travert (ex-PS tôt rallié à M. Macron) s'empare du portefeuille de l'Agriculture.

Celui-ci était détenu dans le gouvernement Philippe 1 par Jacques Mézard (PRG), nommé à la Cohésion des Territoires en remplacement de Richard Ferrand.

La nouvelle équipe compte également neuf secrétaires d'Etat dont les quatre de l'équipe sortante qui conservent leurs postes.

Les cinq nouveaux venus sont Sébastien Lecornu (LR) et Brune Poirson (REM), nommés auprès du ministre de la Transition écologique, Jean-Baptiste Lemoyne (LR), auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Geneviève Darrieussecq (MoDem), auprès de la ministre des Armées, Julien Denormandie, auprès du ministre de la Cohésion des Territoires, et Benjamin Griveaux, auprès du ministre de l'Economie et des Finances.

Conformément aux souhaits exprimés par le candidat Macron pendant la campagne, certains ministres et secrétaires d'Etat n'ont pas de fonctions précises. "Ils ont vocation à être les adjoints des ministres auprès desquels ils sont nommés", précise-t-on à l'Elysée.

Geneviève Darrieussecq et Jacqueline Gourault restent les deux seules représentantes du MoDem au sein de l'exécutif alors que le parti centriste en comptait trois dans le gouvernement sortant. Sur le plateau du 20 heures de TF1, Edouard Philippe s'est toutefois réjoui que le MoDem reste "un des piliers" de la nouvelle équipe.

Quant à Julien Denormandie et Benjamin Griveaux, il s'agit de deux très proches du chef de l'Etat, le premier étant son ancien directeur de cabinet adjoint à Bercy et le second, le porte-parole de son mouvement, En Marche !

Pour cause de Fête de la musique, le secrétaire général de la présidence, Alexis Kohler, a dérogé à la tradition et a annoncé la composition du gouvernement depuis les jardins de l'Elysée. Avec un peu plus d'une heure et quart de retard sur l'horaire prévu, signe de tractations de dernière minute.

- Remaniement large et très politique -

Mercredi, un nouveau rebondissement avait rebattu les cartes: François Bayrou et Marielle de Sarnez, piliers du MoDem, avaient annoncé leur départ du gouvernement, emportés par les soupçons d'emplois fictifs pesant sur le parti, après Richard Ferrand lundi et Sylvie Goulard mardi.

Ce remaniement post-législatives, qu'on annonçait "technique" est ainsi devenu large et très politique.

A noter aussi que Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a conservé son poste alors qu'elle pouvait paraître à son tour menacée, au lendemain de perquisitions effectuées dans les locaux de Business France, organisme de promotion de la France auprès des investisseurs étrangers dont elle fut directrice générale. La justice enquête cette fois sur un marché lié à un déplacement en janvier 2016 de M. Macron, alors ministre de l'Économie, à Las Vegas.

Jeudi matin, le nouveau gouvernement se retrouvera pour son premier Conseil des ministres avec, à l'ordre du jour, la loi antiterroriste, censée prendre le relais de l'état d'urgence après sa sixième prolongation.

Dès mardi, Edouard Philippe avait glissé qu'il n'était "pas impossible" que la nouvelle équipe comprenne de nouveaux membres appartenant aux Républicains (LR). De fait avec l'arrivée de Jean-Baptiste Lemoyne, premier parlementaire LR à avoir rallié En Marche !, et de Sébastien Lecornu, proche de Bruno Le Maire.

"Un gouvernement d'action, rajeuni et motivé. Au boulot pour la France !", a immédiatement tweeté le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner. De son côté, l'ancien patron du PS Jean-Christophe Cambadélis y a vu la "confirmation du caractère droitier et ENArchique du gouvernement".

Quant à Florian Philippot, vice-président du Front national, il a tweeté: "Remaniement large forcé par les affaires, gouvernement désormais pléthorique: la vieille politique est déjà de retour".

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le ministre français de la Justice François Bayrou à Pau, dans le sud-ouest de la France, le 18 juin 2017

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-