Vibrante diatribe de Jean-Luc Mélenchon pour défendre les communes contre un "pouvoir hostile"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Vibrante diatribe de Jean-Luc Mélenchon pour défendre les communes contre un "pouvoir hostile"

Publié le 25/11/2017 à 16:24 - Mise à jour à 18:35
© LUDOVIC MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Récusant toute "déprime", Jean-Luc Mélenchon s'est montré fataliste samedi en appelant ses troupes à "la lutte et advienne que pourra", lors de la 3e convention nationale de La France insoumise visant à structurer un mouvement vieux d'à peine deux ans.

"J'ouvre (cette convention), cela a valeur d'un signal", a commencé le président du groupe parlementaire LFI à l'Assemblée nationale, qui a souhaité "marquer le passage officiel, cette fois-ci incontestable, au collectif".

Alors que le mouvement créé en février 2016 quand il s'est lancé pour la présidentielle revendique plus de 500.000 inscrits, le temps est venu pour LFI de s'organiser avec un mot d'ordre : devenir tout sauf un parti traditionnel.

Cette convention réunissant à Clermont-Ferrand 1.600 personnes, essentiellement tirées au sort, était volontairement à visée interne, avec un Jean-Luc Mélenchon vêtu pour une fois d'une veste classique et discourant les mains dans les poches, geste inhabituel chez lui.

Emphase, vocabulaire truculent - "carabistouille, embrouilles et enfumage", "pouilles et noises"... -, plaisanteries, sous-entendus: il s'agissait clairement pour lui de contrer l'effet donné par la "première manche" qu'il a récemment concédée à Emmanuel Macron.

Et ce, même si un sondage Odoxa publié vendredi montre que seuls 36% des Français (-6 en deux mois) ont désormais une bonne opinion de Jean-Luc Mélenchon. "La lucidité, moi, ne me rend pas dépressif", a assuré l'intéressé, ajoutant: "C'est l'aveuglement devant la réalité qui conduit souvent à l'abattement".

Le tableau qu'il a dressé de la situation est pourtant noir. Au point qu'il a appelé les "Insoumis" à "aider et accompagner le peuple français face au choc qui va déferler sur lui".

- 'Misère de masse' -

"Nous ne sommes pas candidats à être les premiers opposants mais à être les meilleurs, les plus utiles, les citoyens et citoyennes les plus engagés au service de l'utilité générale", a lancé le député des Bouches-du-Rhône évoquant, parmi les combats à mener, la limitation des protéines animales dans l'alimentation, les dangers du glyphosate, "l'amnistie sociale pour les travailleurs condamnés uniquement pour leur action sociale".

L'Europe? "Ces gens-là ne s'intéressent à rien d'autre qu'au fric, ils n'ont pas fait l'Europe des peuples, l'Europe des salariés, ils ont fait l'Europe du fric! ", a poursuivi M. Mélenchon. Le climat ? "La cote d'alerte est en train d'être franchie". Le nucléaire ? "Non, ce n'est pas un sujet marginal: tout le monde mourra en même temps si tout ça se détraque, quelle que soit sa classe sociale, son sexe, sa religion".

N'hésitant pas à se placer à contre-courant de la tendance actuelle, il a également défendu, en pleine offensive des maires, l'échelon local des communes, visées selon lui par "un pouvoir hostile" alors qu'elles constituent "tout le tissu humain, social, politique" de la France.

"Ce qui se prépare c'est la France des riches pour les riches contre tous les autres, (...), c'est une misère de masse, c'est un abandon des services publics", a-t-il prévenu. "Le dire, ce n'est pas démoraliser, c'est regarder en face, et appeler, sans cesse à la lutte (...) et après, advienne que pourra", a-t-il concédé.

Au delà, M. Mélenchon a devancé d'éventuelles polémiques sur de nouveaux propos controversés tenus par la députée LFI de Paris Danièle Obono. Celle-ci a défendu vendredi un projet de formation d'enseignants en "non mixité" proposé par le syndicat SUD-Education 93.

"Il n'y a pas de politique de la pensée dans mon groupe politique, il n'y en aura pas", a tonné le leader des Insoumis. LFI "n'a pas besoin d'une homogénéité des pensées, elle a besoin d'une homogénéité de l'action", a-t-il enchaîné, fier que "beaucoup de codes soient cassés".

Alors que ses troupes réfléchissent ce week-end aux trois campagnes nationales de LFI pour 2018, contre la pauvreté, le nucléaire et l'évasion fiscale, il a prévenu qu'elles seraient vite remobilisées par la centaine de législatives partielles qui ne manqueront pas, selon lui, d'être organisées dans les prochains mois.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a prononcé samedi une vibrante diatribe pour la commune, contre un "pouvoir hostile" selon lui à cet échelon local, "à la base de la liberté des Français depuis des siècles".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-