Macron parlant de "Violences policières": une "faute" selon la droite

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Macron parlant de "Violences policières": une "faute" selon la droite

Publié le 07/12/2020 à 08:55 - Mise à jour à 13:18
© Alain JOCARD / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Eric Ciotti, le député LR des Alpes-maritimes, a réclamé lundi des "excuses" de la part d'Emmanuel Macron pour avoir parlé "violences policières", un choix condamné à droite comme une "faute" ou un "affront".

"J'ai été très choqué par ces déclarations, je crois que c'est une faute (...) à l'égard des policiers qu'il a blessés" mais "c'est une faute aussi à l'égard du pays,", a déploré sur France 2 le député LR.

"Je demande solennellement au président de la République, parce qu'il a commis cette faute, de retirer ses propos, de s'excuser vis-à-vis des policiers", a-t-il ajouté.

Le président des Républicains Christian Jacob a de son côté estimé que "les déclarations d'Emmanuel Macron, puis son silence après les événements de ce week-end, sont un affront à nos policiers".

"Elles fragilisent la République", a ajouté sur Twitter le président de LR, pour qui "le +en même temps+, c’est l’échec de la politique macronienne".

Xavier Bertrand, le président ex-LR de la région Hauts-de-France et possible candidat de la droite en 2022, avait lui aussi dénoncé dimanche une "faute" qui "n'est pas pardonnable" de la part d'Emmanuel Macron qui a, selon lui, "lâché les forces de l'ordre" en acceptant de parler de "violences policières".

Le chef de l'Etat a reconnu vendredi qu'il existait "des violences par des policiers", expression qu'il a dit préférer à celle de "violences policières", déplorant que la deuxième soit devenue selon lui, "un slogan".

Eric Ciotti a par aileurs nié l'existence de contrôles au faciès de la part des policiers, affirmant que "c'est pas eux qui ont favorisé aujourd'hui une immigration qui est souvent source de délinquance, de communautarisme ou de terrorisme".

Sur ce sujet des contrôles au faciès la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse (ex-LR), a estimé qu'"il y a un ressenti qui existe".

Mais "ça ne peut pas être le mode de fonctionnement de la police. "Il faut qu'on ait des garanties là-dessus" notamment grâce aux caméras-piétons, a ajouté Mme Pécresse, elle aussi possible candidate de droite pour 2022.

Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau, qui pose également des jalons pour la présidentielle, avait affirmé dimanche que "ce qui restera du bilan d'Emmanuel Macron, c’est la discorde et le désordre".

Les deux principaux syndicats de gardiens de la paix, Alliance et Unité SGP, ont appelé samedi à cesser les contrôles d'identité après les propos vendredi d'Emmanuel Macron, toujours sur Brut, dénonçant des contrôles au faciès et les discriminations.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le député Les Républicains et maire de Nice Eric Ciotti, le 7 octobre 2019 à l'Assemblée nationale

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-