50 ans après, le Nigeria indemnise des victimes de la guerre du Biafra

50 ans après, le Nigeria indemnise des victimes de la guerre du Biafra

Publié le 31/10/2017 à 11:03 - Mise à jour à 11:05
© Colin HAYNES / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Près de cinquante ans après la fin de la guerre du Biafra (1967-1970), région séparatiste du sud-est du Nigeria, le gouvernement a accepté de compenser les victimes de ce conflit particulièrement sensible dans le pays, selon des documents judiciaires révélés mardi.

Sous la juridiction de la Cour de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), le gouvernement nigérian versera 50 milliards de nairas (139 millions d'euros) en dédommagement aux victimes de cette guerre sanglante, qui a fait près d'un million de morts.

Cette indemnisation sera versée à quelque 500 survivants de la guerre, qui ont eu à faire face au "danger inhérent causé par les explosifs qui ont été abandonnés" après la guerre selon le procès-verbal.

La mesure s'applique à onze Etats qui comprenait l'ancien Biafra (sud et sud-est) ainsi que quelques Etats annexées par le mouvement séparatiste pendant la guerre.

Abuja s'est également engagé à verser 38 milliards de nairas (105,4 millions de dollars) pour nettoyer la région de ses mines antipersonnel et de ses bombes, et pour construire des écoles, des tribunaux, des églises et des mosquées.

Selon les documents obtenus par l'AFP, 17.000 bombes encore actives ont déjà été détruites au cours des dernières années, mais 1.317 sont encore stockées dans la région.

La guerre du Biafra reste un épisode très sensible et tabou dans la société nigériane, notamment depuis l'arrivée au pouvoir du président Muhammadu Buhari (originaire du nord musulman), en 2015.

Les mouvements séparatistes igbo réémergent: le plus important d'entre eux étant le Mouvement indépendantiste pour les peuples indigènes du Biafra (Ipob), dirigé par Nnamdi Kanu.

Poursuivi pour "trahison", Kanu ne s'est pas présenté à son procès mi-octobre. Le gouvernement assure qu'il s'est enfui et se cache pour échapper à la justice, mais ses proches et ses avocats maintiennent qu'il est aux mains de l'armée.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des enfants fuient la guerre civile au Biafra le 9 septembre 1968 à Calabar.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-