Asie: le Brexit suscite perplexité ou humour dans les ex-colonies britanniques

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Asie: le Brexit suscite perplexité ou humour dans les ex-colonies britanniques

Publié le 04/04/2019 à 12:01 - Mise à jour à 15:40
© Philip FONG / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par Jerome TAYLOR, avec les bureaux de l'AFP - Hong Kong (AFP)

-A +A

Dans les anciennes colonies britanniques d'Asie, le départ chaotique du Royaume-Uni de l'Union européenne est considéré avec perplexité, amusement ou indifférence, certains se réjouissant même des malheurs de l'ancienne puissance impériale.

"Je suis née et j'ai grandi dans ce qui était la colonie britannique de Hong Kong et pensais que les Britanniques étaient très sensés" explique à l'AFP Claudia Mo, députée pro-démocratie du territoire chinois. Mais "le processus du Brexit est presque une farce, c'est tristement drôle. (...) Vu de l'extérieur, c'est presque inconcevable"", remarque la députée de 62 ans.

A la différence du processus du Brexit, les habitants de Hong Kong n'ont pas eu leur mot à dire quand leur territoire a été rétrocédé à Pékin en 1997.

Les jeunes qui veulent émigrer, car ils craignent la mainmise toujours plus forte de Pékin sur Hong Kong, seront désormais peut-être moins tentés que jusqu'ici par le Royaume-Uni, selon Mme Mo. "Je pense que leur premier choix se portera vers l'Australie ou le Canada".

La Grande-Bretagne, qui a longtemps argué que son empire apportait ordre, stabilité et prospérité aux pays conquis, se retrouve divisée sur son propre avenir, risquant l'isolement et des années de difficultés économiques, en particulier en cas de sortie de l'UE sans accord le 12 avril.

En Inde, le Brexit est vu par beaucoup comme une étape du "net déclin de l'influence de la Grande-Bretagne comme grande puissance", selon Sreeram Chaulia, doyen de la Jindal School of International Affairs.

"Le Royaume-Uni deviendra alors une puissance moyenne", prédit-il, tandis que l'Inde devrait dépasser le PIB britannique cette année.

- Yoga du Brexit -

Au Bangladesh, les étudiants de l'Université de Dacca sont partagés: Syed Tahsin espère que les relations entre les deux pays seront "meilleures que jamais" puisque Londres promet de renforcer ses liens avec le Commonwealth.

D'autres craignent que le sentiment anti-immigration qui a nourri le vote pro-Brexit rendra le royaume moins accueillant aux étrangers et à l'importante communauté bangladaise qui y vit.

"Le Brexit est une politique de suprémacistes blancs", affirme Aishwarya Proma, étudiante, craignant que cela pousse plus d'immigrants à rentrer dans leur pays".

Si le Brexit occupe les esprit en Europe, beaucoup en Asie sont préoccupés par leurs propres problèmes politiques.

"La question du Brexit et plus largement de la démocratie semble bien loin de notre vie quotidienne au Sri Lanka, où les dysfonctionnement de notre système politique nous usent", explique à l'AFP Dharisha Bastians, rédactrice en chef du Sunday Observer.

Pour le député nationaliste sri-lankais Udaya Gammanpila, cette indifférence est un bon signe: "Nous ne sommes plus préoccupés par la politique britannique. Nous sortons de notre mentalité coloniale".

En raison de leurs liens historiques, linguistiques et culturels, les Australiens ont suivi les rebondissements du Brexit peut-être avec plus d'intérêt que d'autres. Nick Miller, correspondant en Europe des quotidiens Sydney Morning Herald et The Age, note le "vif intérêt" de ses lecteurs pour le Brexit.

"Voir un pays renoncer délibérément à un partenariat mutuellement avantageux, au risque de nuire à son économie et à son influence au nom d'un principe culturel, a surpris", analyse-t-il.

Mais l'Australie n'a guère de leçon à donner en matière de stabilité politique: "Nous avons changé de Premier ministre six fois en onze ans et seulement deux fois à la suite d'une élection", reconnaît-il.

D'autres ont pris le parti d'en rire: la vidéo "Yoga du Brexit" du comique australien Sammy J montrant des postures baptisées "montée du nationalisme" ou "économie déclinante" a été vue 5,4 millions de fois sur Facebook le mois dernier.

Pour l'étudiant en économie Linus Yeo, de Singapour, "c'est le moment idéal de partir en vacances au Royaume-Uni" car "la livre va probablement chuter".

Auteur(s): Par Jerome TAYLOR, avec les bureaux de l'AFP - Hong Kong (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un manifestant brandit le drapeau britannique lors d'une manifestation à Hong Kong le 1er juillet 2018, marquant le 21e anniversaire de la rétrocession de la colonie britannique à

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-