Attentat à Londres: après la revendication, le point sur l'enquête

Attentat à Londres: après la revendication, le point sur l'enquête

Publié le 23/03/2017 à 12:12 - Mise à jour à 14:15
© Justin TALLIS / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

L'attentat mercredi à Londres a fait trois morts, une femme et deux hommes, outre l'assaillant qui a été tué, et une quarantaine de blessés. Voici ce que l'on sait :

- Les faits

En début d'après-midi, en plein coeur de la capitale britannique, un homme au volant d'un 4X4 lance son véhicule sur les passants sur le pont de Westminster qui enjambe la Tamise, menant au Parlement et à Big Ben, selon des témoins.

Peu après la sortie du pont, il emboutit sa voiture sur le bas-côté, puis en sort et court portant un couteau selon des témoins vers les grilles du Parlement, où la Première ministre Theresa May vient de s'exprimer devant les députés.

Il poignarde un policier qui meurt. La police fait feu au moment où il essaie de s'attaquer à un deuxième policier, il est tué.

Les députés sont confinés dans le Parlement avant d'être évacués, escortés par des policiers lourdement armés. La Première ministre Theresa May est évacuée rapidement et convoque une réunion de crise.

- Les victimes

Une enseignante de nationalité britannique d'origine espagnole d'une quarantaine d'années a été tuée sur le pont de Westminster. Selon le journal régional espagnol La Voz de Galicia, il s'agirait d'Aysha Frade, 43 ans, mère de deux enfants de sept et neuf ans.

La seconde victime, également fauchée sur le pont de Westminster, est un homme d'une cinquantaine d'années. Le troisième mort est un policier, Keith Palmer, 48 ans, de garde devant l'une des entrées du Parlement, tué de plusieurs coups de couteau. Le député conservateur Tobias Ellwood a tenté en vain de le réanimer.

Parmi les blessés, une femme a été repêchée dans la Tamise. "Nous partons du principe qu'elle est tombée ou a sauté du pont", a déclaré l'Autorité portuaire de Londres. Figurent aussi trois lycéens français d'une école de l'ouest de la France, qui étaient en voyage scolaire.

- L'enquête

Scotland Yard privilégie la piste du "terrorisme islamiste". L'enquête a été confiée au commandement (de la lutte) antiterroriste et des "policiers supplémentaires" ont été déployés mercredi soir dans les rues de Londres, selon un porte-parole de Scotland Yard, appelant la population à la vigilance.

La police britannique a arrêté jeudi huit personnes en lien avec l'attentat, à six adresses différentes à Birmingham, Londres et ailleurs dans le pays.

Selon la BBC, la voiture de type 4X4 utilisée par l'assaillant, vêtu de noir et portant une barbe, pour faucher les piétons sur le pont de Westminster a été louée à Birmingham, deuxième ville du Royaume-Uni et considérée comme un fief des islamistes britanniques.

Selon Theresa May, l'auteur de l'attentat, "né au Royaume-Uni", était connu des services de sécurité. Il avait été concerné par une enquête du M15 (services du renseignement) il y a plusieurs années portant sur "l'extrémisme violent", a-t-elle dit jeudi.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les policiers britanniques travaillent sur la scène de l'attentat, le 23 mars 2017 à Londres.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-