Catalogne: Puigdemont annonce que "pour l'instant" il reste en Belgique

Catalogne: Puigdemont annonce que "pour l'instant" il reste en Belgique

Publié le 06/12/2017 à 13:43 - Mise à jour à 18:45
© EMMANUEL DUNAND / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Carles Puigdemont, président destitué de la Catalogne, visé par des poursuites judiciaires en Espagne, a annoncé son intention de rester en Belgique "pour l'instant", mercredi au lendemain du retrait par un juge espagnol du mandat d'arrêt européen qu'examinait la justice belge.

Après ce retrait, "est-ce qu'on peut circuler sans souci dans l'Union européenne ? Pour l'instant, on n'a pas la réponse (...), on va rester ici", a déclaré M. Puigdemont lors d'une conférence de presse à Bruxelles au côté des quatre anciens conseillers-ministres catalans exilés comme lui en Belgique le 30 octobre.

Le dirigeant indépendantiste a ensuite précisé qu'il n'excluait pas de rentrer dans son pays après les élections régionales du 21 décembre en Catalogne, mais sous certaines conditions.

Il faudrait, a-t-il expliqué, que le vote des Catalans aboutisse à une reconduction du gouvernement séparatiste déchu fin octobre, et que l'Etat espagnol s'engage à respecter ce résultat électoral.

Alors dans ce cas, "on doit retourner (...) mais on doit connaître la réponse", a précisé Carles Puigdemont.

Mardi, la justice espagnole a renoncé à demander à la Belgique l'extradition de M. Puigdemont, candidat aux élections du 21 décembre, préférant attendre qu'il revienne de lui-même en Espagne pour l'arrêter. Cela va clore la procédure ouverte devant la justice belge le mois dernier.

La Cour suprême espagnole a cependant fait savoir que le juge à l'origine de cette décision surprise maintenait le mandat d'arrêt espagnol visant l'ex-président catalan et ses quatre ex-ministres. Ils risquent donc d'être interpellés s'ils rentrent en Espagne.

Mercredi, devant la presse à Bruxelles, ceux-ci ont expliqué la décision du juge espagnol par la "peur" qu'aurait l'Etat espagnol du jugement de l'opinion internationale sur cette crise politique, la pire traversée par l'Espagne depuis plus de trente ans.

"Il est évident que l'Etat espagnol a retiré ce mandat européen parce qu'il a eu peur", a affirmé M. Puigdemont.

Lui et ses ex-ministres ont aussi dénoncé le refus de Madrid d'accepter que le scrutin du 21 décembre se déroule sous l'oeil d'observateurs internationaux.

Selon l'ex-ministre catalane Clara Ponsati, Madrid ne peut actuellement "pas soutenir" le regard de l'étranger. "Il y a eu abus des accords européens, ils devront répondre de cela", a-t-elle aussi déclaré à propos de l'application par l'Espagne du mandat d'arrêt européen.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Carles Puigdemont, président décCarles Puigdemont, président déchu de la Catalogne, visé par des poursuites judiciaires en Espagne, a annoncé que "pour l'instant" il restait en Belgique.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-