Choléra au Yémen: plus de 100.000 cas suspects et 789 morts

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Choléra au Yémen: plus de 100.000 cas suspects et 789 morts

Publié le 08/06/2017 à 16:58 - Mise à jour à 17:25
© / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

L'épidémie de choléra, qui sévit au Yémen depuis fin avril, a fait 789 morts et plus de 100.000 cas suspects dans ce pays en guerre, a annoncé jeudi l'Organisation mondiale de la santé.

"A ce jour, 101.820 cas suspects de choléra et 789 décès ont été signalés dans 19 provinces" depuis l'apparition de la maladie, le 27 avril, a détaillé un porte-parole de l'OMS, Tarik Jasarevic.

Le 19 mai, alors qu'il y avait plus de 23.000 cas suspects, l'OMS avait dit craindre jusqu'à 250.000 cas dans les six mois.

Selon un communiqué publié jeudi par l'ONG Oxfam, actuellement au Yémen, une personne décède chaque heure du choléra.

"Le Yémen est au bord du gouffre", a déclaré le directeur d'Oxfam au Yémen, Sajjad Mohammed Sajid, cité dans le communiqué.

Si l'épidémie n'est pas endiguée, elle va "menacer la vie de milliers de personnes dans les prochains mois", estime l'ONG, qui appelle à un "cessez-le-feu immédiat" pour permettre aux travailleurs humanitaires d'intervenir.

Le choléra est une infection intestinale aiguë due à l'ingestion d'eau ou d'aliments contaminés par le bacille Vibrio cholerae.

L'épidémie se répand rapidement dans ce pays pauvre de la Péninsule arabique, dont les installations hospitalières et les conditions d'hygiène se sont profondément détériorées en raison de la guerre qui oppose depuis plus de deux ans rebelles et forces loyalistes, soutenues par une coalition arabe menée par l'Arabie saoudite.

Le conflit au Yémen a fait plus de 8.000 morts et 45.000 blessés depuis deux ans, selon l'ONU. Fin mai, le médiateur de l'ONU avait annoncé devant le Conseil de sécurité qu'aucun progrès n'avait été obtenu pour relancer des négociations de paix ou obtenir un accord sur l'avenir du port de Hodeida (ouest), aux mains des rebelles et par lequel transite le gros des importations du Yémen.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Des enfants yéménites suspectés d'être infecté par le choléra, le 5 juin 2017 dans un hôpital de Sanaa.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-