Gaza: Israël rouvre les points de passage après six jours de fermeture

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Gaza: Israël rouvre les points de passage après six jours de fermeture

Publié le 31/03/2019 à 20:54 - Mise à jour à 20:56
© MAHMUD HAMS / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Jérusalem

-A +A

Israël a rouvert dimanche les points de passage vers Gaza, sur fond de négociations en vue d'une trêve, après six jours de fermeture liée au tir d'une roquette sur son territoire et à une nouvelle montée des tensions avec le Hamas.

Cette décision, annoncée par une porte-parole du ministère de la Défense, a été prise malgré cinq tirs de roquettes depuis la bande de Gaza vers Israël dans la nuit de samedi à dimanche, qui ont provoqué en représailles des tirs de chars israéliens sur des positions du Hamas, mouvement au pouvoir depuis 2007 dans l'enclave palestinienne.

Les échanges de feu n'ont pas fait de victime, ont précisé l'armée et des témoins à Gaza.

Le point de passage d'Erez, pour les personnes, et celui de Kerem Shalom, pour les marchandises, avaient été fermés lundi après qu'une roquette tirée de la bande de Gaza s'est abattue sur une maison dans le centre d'Israël, faisant sept blessés légers.

La réouverture des points de passage intervient au lendemain de rassemblements de dizaines de milliers de Gazaouis le long de la frontière entre l'enclave palestinienne et Israël, hermétique et lourdement gardée par l'armée israélienne.

Des heurts qui ont éclaté avec les soldats israéliens ont fait quatre morts et des centaines de blessés palestiniens, sans atteindre toutefois l'intensité susceptible de provoquer l'escalade redoutée.

Les Gazaouis étaient appelés à marquer le premier anniversaire d'une mobilisation contre le blocus imposé par Israël depuis plus de dix ans sur l'enclave, et pour le droit au retour sur les terres qu'eux-mêmes ou leurs parents ont fuies ou dont ils ont été chassés à la création d'Israël en 1948.

Au moins 262 Palestiniens ont été tués depuis le début du mouvement, appelé "Grandes marches du retour", au cours des manifestations ou dans des frappes israéliennes de représailles à des actes hostiles en provenance de l'enclave sous blocus. Deux soldats israéliens ont été tués.

Dimanche, les funérailles de l'un des quatre jeunes Palestiniens tués samedi, Tamer Abou al Kheir, 17 ans, ont eu lieu dans la ville même de Gaza, en présence de ses proches mais aussi du chef du Hamas, Ismail Haniyeh, a constaté un correspondant de l'AFP.

- "Préparés à toute éventualité" -

Après des semaines de tensions et dans un contexte compliqué par l'approche des législatives israéliennes le 9 avril, cet anniversaire a suscité de vives craintes qu'un nouveau conflit éclate avec l'Etat hébreu.

L'armée israélienne avait déployé des milliers de soldats et des dizaines de tireurs d'élite, ainsi que des chars et de l'artillerie.

Dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réaffirmé que son pays restait "préparé à une opération de grande envergure" à Gaza.

"J'ai donné l'ordre de laisser les forces de l'armée en alerte, nous sommes préparés à toute éventualité, y compris à une opération de grande envergure", a-t-il déclaré lors d'une cérémonie à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv pour accueillir le président brésilien Jair Bolsonaro.

Israël avait envoyé ces derniers jours des renforts autour de l'enclave.

L’Egypte, intermédiaire traditionnel entre le Hamas et Israël qui se sont livré trois guerres depuis 2007, s'emploie à instaurer une trêve durable alors que le mouvement islamiste palestinien et l'Etat hébreu passent tous deux pour réticents à un nouvel affrontement et sont sous pression.

Le Hamas a fait face récemment à des manifestations contre le marasme économique à Gaza, enclave coincée entre Israël, Egypte et Méditerranée et éprouvée par les conflits, la pauvreté et l'enfermement. Les rassemblements ont été sévèrement réprimés.

Quant au Premier ministre israélien, au pouvoir depuis une décennie mais confronté à une forte concurrence aux législatives, il est accusé par ses adversaires de faiblesse face au Hamas, mais ne veut pas s'engager dans une nouvelle guerre avant les élections.

Le Hamas cherche dans les tractations à alléger le blocus israélien. Israël justifie le blocus par la nécessité de contenir le Hamas et réclame au préalable le retour au calme le long de la frontière.

Auteur(s): Par AFP - Jérusalem


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Des proches de Bilal al-Najjar, lors des funérailles de ce Palestinien de 17 ans, le 31 mars 2019 à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-