Harcèlement sexuel: démission d'un dirigeant d'Uber, ex de chez Google

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Harcèlement sexuel: démission d'un dirigeant d'Uber, ex de chez Google

Publié le 28/02/2017 à 09:03 - Mise à jour à 11:04
© -- / GOOGLE/AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Amit Singhal a démissionné lundi de son poste de directeur technique chez Uber, contraint au départ pour avoir caché la plainte pour harcèlement sexuel qui l'avait visé chez Google, a révélé la presse américaine.

Amit Singhal n'avait pas révélé à son nouvel employeur avoir fait l'objet d'une enquête interne pour harcèlement sexuel alors qu'il travaillait au sein du géant de Mountain View, enquête à l'issue de laquelle le plaignant avait été qualifié de "crédible", a révélé le site d'informations sur le secteur technologique Recode.

Engagé en janvier par Uber en tant que vice-président chargé du secteur technique, M. Singhal avait quitté Google début 2016.

Travis Kalanick, le patron de Uber, lui a demandé de démissionner lundi, pour ne pas avoir précisé les circonstances de son départ de chez le géant des moteurs de recherche sur internet où il est resté 15 ans.

Dans une déclaration publiée lundi par Recode et USA Today, M. Singhal a fermement condamné le harcèlement sexuel, affirmant "ne pas excuser ce type de comportement et n'avoir jamais commis de tels actes".

Cette démission intervient alors que Uber, le N.1 américain du secteur de réservation de voiture avec chauffeur peine à contrôler les dégâts après des révélations sur la culture sexiste, violente et débauchée qui régnerait au sein de l'entreprise.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Amit Singhal, avec le ministre indien de l'information Prakash Javadekar, à l'époque où il était vice-président de Google, le 3 novembre 2014 à New Delhi

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-