Jusqu'à 3.000 djihadistes de l'EI pourraient revenir en Europe

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Jusqu'à 3.000 djihadistes de l'EI pourraient revenir en Europe

Publié le 17/08/2017 à 16:46 - Mise à jour à 17:15
© MARWAN IBRAHIM / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Entre 1.200 et 3.000 Européens ayant vécu ou combattu avec l'organisation État islamique (EI) en Irak et Syrie pourraient revenir en Europe, selon un rapport d'analystes qui appelle les pays concernés à préparer minutieusement la gestion de ces retours à risques.

"La plupart des pays membres de l'Union européenne", dont la France, "s'attendent à une augmentation lente mais progressive des retours de combattants" de l'EI et du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ancien front al-Nosra, lié à Al-Qaïda), souligne le Réseau européen de sensibilisation à la radicalisation (Radicalization awareness network, RAN), créé par la Commission européenne.

Le nombre de ces "revenants" devrait notamment augmenter si le "califat" autoproclamé de l'EI, qui a beaucoup cédé de territoire en Syrie et Irak ces derniers mois, "est vaincu militairement ou s'effondre", note-t-il dans un rapport remis en juillet aux pays membres de la Commission.

Diverses estimations prévoient "entre 1.200 et 3.000 retours" d'Européens avec "des antécédents différents", en grande partie "des femmes et des enfants", ajoute le RAN, qui estime qu'"environ 30%" sont déjà rentrés, au su des autorités - ils sont alors souvent arrêtés - ou clandestinement.

Selon le RAN, "plus de 42.000 combattants terroristes étrangers" ont rejoint l'EI "depuis plus de 120 pays" entre 2011 et 2016 - un afflux d'une ampleur inédite dans l'histoire du jihad dans le monde - dont "plus de 5.000" d'Europe.

Ces derniers sont pour beaucoup partis "de Belgique, de France, d'Allemagne et du Royaume-Uni, d'Autriche, du Danemark, de Finlande, d'Italie, des Pays-Bas, d'Espagne et de Suède", ajoute-t-il, en précisant que le taux de retour "est plus élevé", proche de la moitié, pour le Danemark, la Suède et le Royaume-Uni.

15 à 20% sont morts sur place, 30 à 35% sont déjà rentrés et environ 50% sont encore en Syrie et en Irak, selon l'Union européenne.

Selon la justice française, sur un millier de Français partis en zone jihadiste irako-syrienne, environ 300 y sont morts et 700 adultes (dont 300 femmes) s'y trouvaient encore en juin, avec quelque 400 enfants. Le rapport, citant lui aussi des chiffres de responsables français, parle, lui, d'environ 460 mineurs français, dont la moitié ont moins de cinq ans et un tiers sont nés là-bas.

Alors que la mobilisation des combattants étrangers a semblé atteindre un pic en 2015, la perspective de retours importants est "une préoccupation sérieuse et croissante" en Europe, sachant que certains "revenants" ont participé aux attaques de novembre 2015 à Paris et de mai 2014 et mars 2016 à Bruxelles, souligne le rapport.

Ils peuvent également revenir car ils ont perdu leurs illusions, ont des remords, par opportunisme (ils sont toujours radicaux mais veulent de meilleures conditions de vie), pour intégrer une cellule jihadiste dormante en Europe, ou de manière involontaire (lorsqu'ils sont arrêtés), explique-t-il.

Le rapport distingue deux générations de "revenants". La première, majoritairement masculine, inclut ceux qui sont allés en Syrie pour raisons humanitaires ou combattre le régime de Bachar al-Assad, plus portés à revenir désillusionnés et possiblement moins violents que la seconde, l'actuelle, plus aguerrie, idéologisée et peut-être de retour en Europe avec le souhait d'y mener des attaques.

"La plupart d'entre eux seront victimes de traumatismes pour avoir causé ou été témoins de violences", souligne enfin le RAN qui, au-delà du constat, présente un catalogue de mesures pour encadrer au mieux ces retours, notamment une évaluation rapide des niveaux de dangerosité, un traitement complet et individualisé de chaque cas mettant l'accent sur la normalisation et la resocialisation.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Drapeau et panneau de l'organisation État islamique (EI) le 11 septembre 2015 à Daquq en Irak

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-