Ligue des Champions: un millier de blessés dans un mouvement de panique à Turin

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Ligue des Champions: un millier de blessés dans un mouvement de panique à Turin

Publié le 04/06/2017 à 09:07 - Mise à jour à 14:35
© MASSIMO PINCA / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Un mouvement de panique provoqué par des rumeurs de bombe a fait plus de 1.500 blessés, dont trois grièvement, samedi soir à Turin parmi la foule qui s'était rassemblée pour suivre sur grand écran la finale de la Ligue des champions de football.

Alors qu'on approchait de la fin du match, l'explosion de feux d'artifice suivie de rumeurs de bombe ont provoqué la panique sur la grande place San Carlo, dans le centre de Turin (nord de l'Italie), selon des journalistes de l'AFP sur place.

La foule s'est alors mise à courir avant de se heurter à des barrières de sécurité ou aux bâtiments entourant la place. Beaucoup sont tombés ou ont été blessés par des débris de verre. D'autres sont tombés dans une entrée de parking dont la barrière a cédé sous la pression de la foule.

La plupart des victimes, d'un total de 1.527 selon le dernier bilan de la préfecture, ont des blessures légères mais sept ont dû être emmenées aux urgences, dont trois sont dans un état grave, parmi lesquelles un enfant de sept ans dans le coma après avoir été piétiné.

On était à environ dix minutes de la fin du match, remporté 4-1 par le Real Madrid contre la Juventus de Turin. La place s'est vidée en quelques minutes, et la force de la panique pouvait se mesurer aux centaines de chaussures qui jonchaient la place, perdues par les gens dans leur fuite effrenée. Très vite, les télévisions montraient des images de la place jonchée de débris, de chaussures, sacs et autres affaires abandonnés dans la hâte de la fuite.

"On a entendu un bruit. Il y a eu un mouvement de foule. Les gens ont commencé à tomber les uns sur les autres. Là, j’ai du sang de personnes qui me sont tombées dessus. Les gens criaient… C’était comme une vague, les gens se sautaient les uns sur les autres. C’était vraiment un moment terrible. On a vraiment pensé à ce qu’il s’est passé à Manchester", raconte Luca, 32 ans, à l'AFP TV.

"J’étais là derrière. Je suis tombé par terre, et tout le monde me marchait dessus. J’ai perdu tous mes amis. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, je n’en ai aucune idée", renchérit Giulio, un autre supporteur de la Juventus.

"Il y avait du bruit en permanence mais pas d’explosion. Tout le monde est parti en courant", a expliqué un autre, tandis que Gaétan, supporteur français de la Juve, explique: "Beaucoup de stress. Avec ce qu’il se passe maintenant, je crois que c’est normal. On a paniqué".

Un peu plus tard, on pouvait voir sur la place des centaines de "tifosi" de la Juve, doublement hagards après l'écrasante victoire du club espagnol, tentant tant bien que mal de récupérer leurs affaires, éparpillées sur tout la place.

"Je suis tombé, j'ai réussi à me relever, mais j'ai tout perdu, mon téléphone, mon sac, tout", a ainsi déclaré l'un d'entre eux sur la chaîne SkyNews24.

Dimanche matin, la place était encore jonchée de débris et de sang, mais aussi de nombreuses bouteilles de bière cassées, responsables apparemment de beaucoup de blessures.

Pour certains des plus anciens "tifosi" de la Juventus, la scène samedi soir évoquait tristement la finale de 1985 disputée par la Juventus au stade du Heysel où 39 personnes, la plupart italiennes, avaient été tuées lors d'un mouvement de foule peu avant le début du match contre Liverpool.

Mais surtout, soulignaient certains médias dimanche, l'événement de Turin montre à quel point les foules européennes sont maintenant hyper conscientes du risque d'attentat, et craignent qu'il ne devienne de plus en plus difficile d'organiser des grands événements publics.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La place San Carlo de Turin, théâtre d'un mouvement de panique, le 3 juin 2017.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-