L'Iran a tenu des pourparlers avec les talibans afghans

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

L'Iran a tenu des pourparlers avec les talibans afghans

Publié le 26/12/2018 à 09:32 - Mise à jour à 12:14
© ATTA KENARE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Téhéran

-A +A

L'Iran a tenu des pourparlers avec les talibans afghans, a annoncé mercredi un haut responsable iranien de la sécurité, quelques jours après l'annonce à Washington d'un prochain retrait partiel des troupes américaines d'Afghanistan.

"Le gouvernement afghan a été tenu au courant des pourparlers menés avec les talibans et ce processus va continuer", a déclaré le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, Ali Shamkhani, cité par Tasnim, une agence proche des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime.

Aucun détail n'a filtré sur l'endroit où ces discussions ont eu lieu.

Les talibans afghans combattent les autorités en place à Kaboul depuis l'intervention militaire américaine en Afghanistan pour chasser les insurgés du pouvoir après les attentats du 11-Septembre 2001.

M. Shamkhani a informé les autorités afghanes de la teneur des discussions lors d'une visite mercredi à Kaboul, selon Tasnim et d'autres agences.

"La République islamique a été un pilier pour la stabilité dans la région et la coopération entre les deux pays va certainement aider à régler les problèmes de sécurité" en Afghanistan, a affirmé le responsable iranien.

Abas Aslani, un reporter de Tasnim, a affirmé sur Twitter qu'il s'agissait de la première confirmation de telles discussions entre l'Iran et les talibans.

- Satisfecit iranien -

L'évocation de ces pourparlers intervient une semaine après l'annonce surprise par un responsable américain de la décision de Donald Trump de retirer "environ la moitié" des 14.000 soldats américains présents en Afghanistan.

La présidence afghane a minimisé l'impact de ce prochain retrait.

L'Iran partage une frontière de plus de 900 km avec l'Afghanistan, avec lequel il a toujours entretenu des relations complexes.

Téhéran a longtemps soutenu ses coreligionnaires chiites: la minorité ethnique Hazara en Afghanistan, violemment persécutée sous le règne des talibans (sunnites) dans les années 90.

L'Iran a travaillé aux côtés des Nations unies et de pays occidentaux pour aider à chasser les talibans après l'invasion dirigée par les Etats-Unis en 2001.

Mais, ces dernières années, certaines allégations de sources afghane et occidentale ont fait état de liens établis entre les Gardiens de la révolution et les talibans pour chasser les forces américaines d'Afghanistan.

Dans ce contexte, l'Iran a accueilli lundi le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi, mais aucun détail n'a filtré sur ces discussions.

L'Iran a accueilli favorablement l'annonce par Donald Trump d'un retrait militaire américain de Syrie, mais n'a pas commenté celle d'un retrait partiel de son contingent en Afghanistan.

La présence de troupes américaines en Syrie était "erronée et illogique" dès le départ, a commenté le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi.

Les talibans ont récemment multiplié les attaques contre les autorités afghanes. La dernière en date, contre un complexe gouvernemental lundi à Kaboul, a fait au moins 43 morts.

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière à Kaboul depuis qu'un kamikaze s'est fait exploser le mois dernier lors d'un rassemblement de religieux de haut rang, faisant au moins 55 morts.

Auteur(s): Par AFP - Téhéran


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, Ali Shamkhani lors d'une réunion avec ses homologues afghan, chinois, indien et russe, le 26 septembre 2018 à Téhéran

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-