Mali: cérémonie en hommage aux dix Casques bleus tchadiens tués

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Mali: cérémonie en hommage aux dix Casques bleus tchadiens tués

Publié le 27/01/2019 à 15:41 - Mise à jour à 19:14
© CLEMENT SABOURIN / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Serge DANIEL - Bamako (AFP)
-A +A

Une cérémonie en hommage aux dix Casques bleus tchadiens tués le 20 janvier au Mali a été organisée dimanche à Bamako, en présence du chef de l'Etat malien, a rapporté un journaliste de l'AFP.

Les dix soldats tchadiens ont été tués à Aguelhok (nord-est), à 200 km de la frontière algérienne, lors d'une "attaque complexe lancée par des assaillants arrivés à bord de nombreux véhicules armés", avait expliqué la mission de l'ONU au Mali (Minusma). Au moins 25 autres avaient été blessés.

L'assaut a été revendiqué par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, principale alliance jihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda.

Devant plusieurs centaines de personnes, les dix cercueils des soldats tchadiens ont été exposés dans la cour de la Minusma, organisatrice de la cérémonie.

"Je viens m'incliner au nom de la république du Mali devant ceux qui sont morts. Soldats, dormez en paix", a dit le président Ibrahim Boubacar Keïta. "Il faut des tragédies au monde pour qu'il puisse prendre conscience de l'âpreté de la mission" a-t-il ajouté, avant de saluer "l'engagement constant du Tchad" aux côtés du Mali.

"Nos valeurs de paix, de solidarité, de tolérance sont plus que jamais remises en cause. Et dans ce combat des valeurs, ce pays ami (le Tchad) a payé le plus fort", a poursuivi le président Keïta sur Twitter.

Le représentant du secrétaire général de l'ONU au Mali, Mahamat Saleh Annadif, de nationalité tchadienne, s'est interrogé sur de possibles informateurs des "terroristes" sur les positions des Casques bleus.

"Il est désormais important de faire désormais attention à ceux qui sont parmi nous et qui observent nos faits et gestes", a-t-il dit.

Le chef de la force de la Minusma, le général Hubert Cottereau, a donné davantage d'explications sur l'attaque d'Aguelhok du 20 janvier et les ripostes. "C'est vraiment une bataille où nous avons infligé une défaite tactique à l'adversaire, repousser ces ennemis qui ont été défaits, pourchassés".

"Dans la première phase surprise, 150 adversaires, sur 15 à 25 pick-up, sont arrivés. Ils ont coupé les moyens civils de communications et ont attaqué simultanément trois de nos postes d'Aguelhok, à l'est et les sorties nord et sud", a dit le général Cottereau.

"Ils ont utilisé un véhicule suicide. Nous avons vite réagi en lançant trois contre-offensive. (La force française) Barkhane a déployé une patrouille de mirage 2000 (des avions de chasse) mais également des hélicoptères. C'est une vraie bataille et nous avons déjoué le plan de l'ennemi à qui nous avons infligé des pertes", a t-il poursuivi.

Les dix corps des Casques bleus tchadiens ont ensuite été embarqués dans un avion, à destination du Tchad.

Déployée en 2013, après que le nord du Mali est tombé sous la coupe de jihadistes liés à Al-Qaïda, la Minusma compte près de 14.000 militaires et policiers.

Elle est la plus coûteuse en vies humaines des actuelles opérations de maintien de la paix de l'ONU, avec près de 180 morts, dont plus d'une centaine dans des actes hostiles, soit plus de la moitié des Casques bleus tués dans le monde depuis cinq ans.

L'attaque du 20 janvier est la plus meurtrière pour l'ONU dans ce pays, toujours en proie à la menace jihadiste malgré plusieurs années d'intervention internationale.

Les Casques bleus tchadiens ont payé un lourd tribut: cinq morts dans l'explosion d'une mine près d'Aguelhok en septembre 2014, puis cinq autres au cours d'une embuscade au nord de cette ville, en mai 2016.

En avril dernier, des tirs sur le camp d'Aguelhok avaient également coûté la vie à deux Casques bleus tchadiens et en avaient blessé plusieurs autres.

Auteur(s): Par Serge DANIEL - Bamako (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un casque bleu canadien en patrouille pendant des manoeuvres au Mali le 31 juillet 2018

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-