Netta, anti-diva israélienne et voix du #MeToo à l'Eurovision

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Netta, anti-diva israélienne et voix du #MeToo à l'Eurovision

Publié le 10/05/2018 à 06:45 - Mise à jour à 08:42
© FRANCISCO LEONG / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par Thomas CABRAL avec Delphine MATTHIEUSSENT à Jérusalem - Lisbonne (AFP)

-A +A

Mise à part sa voix puissante, la chanteuse israélienne Netta Barzilai n'a rien d'une diva télégénique. C'est pourtant cette déconcertante championne du mouvement #MeToo qui fait sensation depuis des semaines précédant la finale du concours de l'Eurovision, samedi à Lisbonne.

En se disant "belle et sexy" malgré son surpoids et en dansant comme une poule sur une musique emballante tout en plaidant la cause de l'émancipation des femmes, l'artiste de 25 ans a conquis une foule de fans.

"La chanson porte un message important: le réveil du pouvoir des femmes et la justice sociale, enrobés dans une ambiance festive", résume la chanteuse, citée par le site spécialisé dans l'Eurovision wiwibloggs.com.

Le refrain du morceau intitulé "Toy" (Jouet) fait écho au mouvement #MeToo contre le harcèlement sexuel dans le milieu professionnel: "I'm not your toy, you stupid boy" (Je ne suis pas ton jouet, garçon stupide).

"Je pense qu'elle s'inscrit dans le mouvement #MeToo, mais c'est une chanson d'émancipation pour tout le monde", a-t-elle ajouté au micro de la télévision néerlandaise OUTtv. "Quand je la chante, je pense à toutes les formes de harcèlement".

- Wonder Woman -

La chanson fait aussi référence à Wonder Woman, l'héroïne aux célèbres bracelets de force récemment incarnée à l'écran par l'actrice israélienne Gal Gadot.

"Je voulais écrire une chanson qui ferait danser tout le monde" mais, aussi, "utiliser l'idée de jouet pour dire quelque chose de différent sur le mouvement #MeToo", a expliqué son auteur, Doron Medalie, au journal The Times of Israel.

"Avec le look et l'attitude de Netta, j'ai dit bingo", a-t-il ajouté.

Netta est la préférée des associations de fans du concours télévisé, selon un sondage réalisé par l'Organisation générale des amateurs de l'Eurovision (OGEA).

Vêtue sur scène d'un kimono bariolé ou défilant lors de la cérémonie d'ouverture dans une robe en mousseline blanche, Netta frappe aussi les esprits grâce à son apparence recherchée et excentrique, puisée dans l'univers des dessins animés japonais.

"C'est un mode d'expression très important pour moi. D'autant que les femmes de taille plus grande ne se mettent pas assez en valeur", a-t-elle expliqué en conférence de presse après une répétition la semaine dernière à Lisbonne.

"On ne vit qu'une fois et je crois vraiment que je suis belle, sexy et spéciale. C'est merveilleux d'avoir la chance de pouvoir apporter un peu de changement dans le monde."

Netta est très populaire auprès des jeunes Israéliens, qui ont suivi son parcours dans le programme de téléréalité grâce auquel elle a décroché son billet pour le concours de l'Eurovision, où son pays a déjà été sacré à trois reprises.

- Berceuses africaines -

La jeune femme a grandi avec ses deux frères à Hod Hasharon, dans la région de Tel-Aviv. Alors qu’elle était encore petite, ses parents ont déménagé au Nigeria, où elle a vécu pendant quatre ans et où elle s'est imprégnée des rythmes africains des berceuses que lui chantaient ses nounous.

De retour en Israël, Netta a étudié le jazz à la Rimon School of Music, une des plus prestigieuses écoles de musique de son pays.

"Je la trouve très douée, elle a une très belle voix et elle passe très bien sur scène", a témoigné Naomi Yeivin, chanteuse et compositeur israélienne de 24 ans, passée elle aussi par l'école de Rimon.

"Nombreux sont ceux qui soulignent son surpoids et disent que c’est bien qu’elle assume d’être grosse. Moi aussi je trouve ça bien, mais je ne pense pas que cela va complètement révolutionner les mentalités", a-t-elle ajouté à l'AFP.

Pendant deux mois, Netta a été la candidate la plus cotée par les sites de paris en ligne. Mais, après sa performance mardi en demi-finale, elle semble avoir perdu son statut de favorite au profit notamment de la représentante chypriote Eleni Foureira, qui pourrait lui voler la vedette en faisant valoir son physique de top model et un déhanché digne de Shakira ou Beyoncé.

Auteur(s): Par Thomas CABRAL avec Delphine MATTHIEUSSENT à Jérusalem - Lisbonne (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La chanteuse israélienne Netta chante "Toy" à l'Eurovision à Lisbonne, le 8 mai 2018

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-