Pakistan: MSF priée de cesser ses activités dans une zone tribale

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Pakistan: MSF priée de cesser ses activités dans une zone tribale

Publié le 14/09/2017 à 12:54 - Mise à jour à 13:00
© BASIT GILANI / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Le Pakistan a demandé à Médecins sans Frontières (MSF) de mettre fin à ses activités dans un district tribal proche de la frontière afghane, a indiqué l'ONG, disant ignorer la raison de cette décision.

Les autorités ont refusé de renouveler à l'organisation le permis nécessaire pour opérer ses centres médicaux dans l'agence de Kurram, l'un des districts des Zones tribales administrées par le gouvernement fédéral (FATA) dans le nord-ouest du pays, a indiqué MSF dans un communiqué mercredi soir.

"MSF regrette la décision des autorités en charge de la gestion des ONG opérant dans l'agence de Kurram", a indiqué Catherine Moody, la représentante de MSF au Pakistan.

Les zones tribales, qui figurent parmi les plus pauvres et les plus instables du pays, sont régies par un système légal spécifique issu de la colonisation britannique et ont longtemps été secouées par les combats entre l'armée et les groupes islamistes armés.

Parachinar, capitale de Kurram, a par ailleurs été frappée par trois séries d'attentats plus tôt cette année, qui ont fait plus d'une centaine de morts au total.

Un haut fonctionnaire de Kurram a confirmé à l'AFP que MSF s'était vue priée de cesser ses activités après expiration de son permis.

"Il leur a été demandé de cesser leur travail jusqu'à ce que (le permis) soit renouvelé", a-t-il indiqué, soulignant que les ONG étrangères faisaient l'objet d'une attention renforcée au Pakistan, en particulier dans les zones tribales.

MSF, qui était active dans ce district depuis 2004 et travaille au Pakistan depuis 1986, dit n'avoir reçu "aucune explication sur le refus d'octroi du permis".

"Nous continuerons dans la mesure du possible de fournir des soins obstétriques et aux nouveaux-nés aux femmes des FATA dans l'hôpital MSF situé à Peshawar", indique l'ONG.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des soldats pakistanais à un point de contrôle à Parachinar, capitale de Kurram, le 22 janvier 2017

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-