Pour lutter contre la chute du taux de natalité le Japon va mettre en place une IA pour trouver l'amour

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Pour lutter contre la chute du taux de natalité le Japon va mettre en place une IA pour trouver l'amour

Publié le 11/12/2020 à 10:33 - Mise à jour à 10:36
Bady Abbas / Unsplash
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

En France, la natalité connaît une baisse continue depuis cinq ans, mais elle n’a aucune commune mesure avec celle du Japon, où le nombre de nouveaux nés est tombé à un niveau record. Le pays est donc en train de vieillir à une vitesse alarmante, et son gouvernement veut se débarrasser du record du plus bas taux de natalité du monde, avec une méthode inédite: une intelligence artificielle pour aider les japonais à trouver l’amour!

Des applications de rencontre financées par l’Etat pour favoriser la natalité

La population japonaise est celle qui vieillit le plus rapidement au monde. Dans le même temps, le nombre de célibataires y est en constante augmentation. Masahiro Yamada, sociologue à la Chuo University, affirme  que 25 % des Japonais pourraient rester célibataires toute leur vie. Cette tendance a bien sûr pour conséquence de faire baisser encore plus le taux de natalité du Japon. Autre facteur négatif: l'âge moyen du mariage augmente, ce qui contribue aussi à une baisse des naissances.
Pour endiguer cette chute du taux de natalité, le gouvernement japonais intensifie ses efforts, avec une stratégie originale: financer des systèmes de rencontre en ligne plus sophistiqués, basés sur l’intelligence artificielle.
En 2021, le gouvernement a prévu d'allouer aux autorités locales 2 milliards de yens (autour de 16 millions d’euros) pour augmenter le taux de natalité, avec un traitement automatisé des données personnelles. En analysant des informations fournies par des personnes volontaires, telles le revenu, l'âge, les loisirs , les valeurs, des outils à la pointe de la technologie seraient en mesure d’en finir avec la solitude des japonais, en leur proposant des partenaires potentiels.

Une solution qui ne plait pas à tout le monde

Pour les spécialistes, cette solution n’est pas forcément la meilleure option, ou celle qui permettrait un vrai changement de situation. Sachiko Horiguchi, anthropologue à l'Université japonaise de Temple, pense qu’il faudrait s’attaquer en priorité à la situation socio-économique des jeunes japonais, en financent par exemple les initiatives qui visent à aider les jeunes à bas salaires. En effet, selon une étude, , les bas niveaux de revenu seraient une des explications de la perte d'intérêt pour les relations amoureuses chez les jeunes adultes japonais.

La situation des femmes au travail a aussi un impact sur la natalité

Les analystes soulignent depuis longtemps que le manque de soutien apporté aux mères qui travaillent au Japon, est une des principales causes du taux de fécondité très bas. La société impose aux femmes une injonction de s’occuper de tous les travaux ménagers, d'élever les enfants, en plus de faire leur travail.

En France, près de 25% des femmes ayant un niveau de vie intermédiaire n’ont pas des enfants

Selon une récente étude de l'Insee,  en France, la situation économique ne serait pas un obstacle à la fécondité car les femmes modestes et aisées sont celles qui ont le plus d’enfants, alors que celles ayant un niveau de vie intermédiaire ont moins d’enfants (près de 25% d’entre elles n’ont pas d’enfants). Isabelle Robert-Bobée, cheffe de la division enquêtes et études démographiques à l'Insee explique ce phénomène dans le Parisien: "Certaines femmes souhaitent peut-être attendre d'avoir un niveau de vie suffisant pour élever un enfant dans les conditions matérielles suffisantes qu'elles aimeraient".
 

 

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Au Japon l'âge moyen du mariage augmente, ce qui contribue à une baisse des naissances.

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-