Proche-Orient: la solution à deux Etats, qu'est-ce que c'est?

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Proche-Orient: la solution à deux Etats, qu'est-ce que c'est?

Publié le 15/02/2017 à 12:18 - Mise à jour le 18/02/2017 à 04:45
© FILES/J. David AKE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

La création d'un Etat palestinien coexistant en paix avec Israël est la solution de référence internationale à l'un des plus vieux conflits de la planète.

Qu'est-ce que la solution à deux Etats, quelle alternative ? Des clés pour comprendre cette idée que l'administration du président américain Donald Trump semble remettre en question.

- Deux Etats? Comment? -

La solution dite "à deux Etats", l'un israélien et l'autre palestinien, coexistant côte-à-côte en paix signifie dans les faits la création d'un Etat de Palestine dans les frontières héritées du conflit israélo-arabe de 1967, la Ligne verte qui délimite la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est, que les Palestiniens revendiquent comme leur capitale.

En 1988, le leader palestinien défunt Yasser Arafat dévoilait une déclaration d'indépendance qui, pour la première fois, évoquait "deux Etats pour deux peuples". Il reconnaissait alors l'Etat d'Israël et sa souveraineté sur 78% de la Palestine historique.

Cette reconnaissance est endossée par l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui regroupe l'ensemble des mouvements palestiniens, à l'exception des islamistes du Hamas et du Jihad islamique, puissants à Gaza. Le Hamas, qui ne reconnaît pas Israël, s'oppose à la solution à deux Etats et souhaite un Etat palestinien sur l'ensemble de la Palestine historique.

Dès 1947 toutefois, les deux Etats sont présents dans le Plan de partage de la Palestine voté à l'ONU, tandis que Jérusalem forme une troisième entité sous contrôle international.

- Qui pour? Qui contre? -

Pour la dirigeante palestinienne Hanane Achraoui, il existe "un consensus global" basé sur la solution à deux Etats pour parvenir à la paix.

L'ONU, qui a reconnu à l'Etat de Palestine le statut d'Etat observateur, l'a endossée, tandis qu'elle est le principe fondateur de la solution préconisée par l'Union européenne.

Fin décembre 2016, l'ancien secrétaire d'Etat américain John Kerry avait estimé qu'elle était "la seule voie possible" pour la paix.

L'initiative arabe de paix de 2002, qui propose la création d'un Etat palestinien en échange d'une reconnaissance d'Israël par les Etats arabes, se base également sur cette solution.

En 2009, après un nouvel échec des négociations de paix, Benjamin Netanyahu prononçait son discours de Bar Ilan et endossait pour la première fois publiquement, le 14 juin 2009, l'idée d'un Etat palestinien coexistant avec Israël.

Six ans plus tard, en pleine campagne électorale, il affirmait que "la réalité a changé". Aujourd'hui à la tête d'une coalition gouvernementale dominée par les ultra-nationalistes et les partisans de la colonisation tous azimuts, il est débordé par sa droite qui au gouvernement plaide pour une annexion de la Cisjordanie.

En outre, il conditionne la création d'un Etat palestinien à une reconnaissance par les Palestiniens d'Israël comme un Etat "juif", ce que le président palestinien refuse.

- Quelles alternatives? -

Selon des sondages récents, les deux Etats comme solution au conflit est de moins en moins soutenue par les Palestiniens et les Israéliens. Fin septembre, 50% des Palestiniens étaient contre, de même que 41% des Israéliens.

Certains, majoritairement en Israël, plaident pour un seul Etat, binational, où Palestiniens et Israéliens seraient égaux en droit. Cette option laisse en suspens la question démographique et le choix à terme d'un président issu de telle ou telle communauté, alors que de nombreuses voix veulent conserver le caractère juif de l'Etat d'Israël.

Israël compte actuellement 17,5% d'Arabes israéliens, les descendants des Palestiniens restés sur leur terre à la création d'Israël, qui affirment être traités en citoyens de seconde zone.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le président américain Bill Clinton entre le Premier ministre israélien Yitzahk Rabin et le chef de l'OLP Yasser Arafat après la signature de l'accord historique sur l'autonomie

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-