Syrie: ce que l'on sait sur le bombardement de la base aérienne

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Syrie: ce que l'on sait sur le bombardement de la base aérienne

Publié le 07/04/2017 à 07:40 - Mise à jour à 15:15
©DR
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

La base aérienne syrienne frappée par des missiles de croisière américains dans la nuit de jeudi à vendredi a été le point de départ des avions qui ont mené l'attaque chimique attribuée au régime syrien, selon le Pentagone.

- 59 missiles -

La base d'Al-Chaayrate, dans la province centrale de Homs, a été frappée vers 00h40 GMT par 59 missiles Tomahawk tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross, qui se trouvaient en Méditerranée orientale.

Selon le Pentagone, les services américains de renseignement ont établi que les avions qui avaient mené l'attaque chimique présumée contre la localité de Khan Cheikhoun (au moins 86 morts) étaient partis de cette base.

La base était connue comme un lieu de stockage d'armes chimiques avant 2013 et le démantèlement de l'arsenal chimique syrien, a indiqué le capitaine de vaisseau Jeff Davis, un porte-parole du Pentagone.

- 'Avions détruits' -

Les premières évaluations du bombardement montrent qu'il a "gravement endommagé ou détruit des avions" et des infrastructures de la base, "diminuant la capacité du gouvernement syrien à mener des frappes".

Les missiles Tomahawk visaient notamment "des hangars aériens renforcés", des stockages de pétrole, de munitions, des défenses anti-aériennes, des radars.

La piste elle-même n'a pas été visée, a déclaré le capitaine Davis.

L'armée syrienne a fait état "d'importants dégâts matériels" et, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), l'aéroport "a été presque totalement détruit: les avions, le tarmac, le dépôt de fuel et le bâtiment de la défense aérienne ont été pulvérisés".

Le général H.R McMaster, conseiller à la Sécurité nationale du président Donald Trump, a affirmé de son côté que les Américains avaient évité de frapper un endroit "où nous pensons qu'il y a du gaz sarin stocké".

"Nous ne voulions pas créer un danger pour des civils ou pour quiconque", a-t-il dit.

- Des victimes -

L'agence de presse officielle syrienne a parlé de neufs civils tués, dont quatre enfants, et sept blessés dans des villages proches de la base.

L'armée syrienne avait évoqué plus tôt de six morts dans la base, sans préciser s'il s'agissait des civils ou militaires.

L'OSDH a donné un bilan de sept soldats tués.

- Les Russes prévenus -

Le capitaine Davis a affirmé que "toutes les précautions avaient été prises pour exécuter la frappe avec un minimum de risques" pour le personnel présent sur la base et notamment les Russes qui s'y trouvaient.

La frappe "n'était pas faite pour viser des gens", a-t-il dit.

Selon lui, les Russes ont été prévenus à l'avance de la frappe via la ligne de communication spéciale mise en place par les militaires américains et russes depuis l'automne 2015 pour éviter tout incident aérien entre leurs avions respectifs dans le ciel syrien.

Il y a eu de "multiples conversations" avec les Russes jeudi via la ligne spéciale, a-t-il dit. Le porte-parole a indiqué que les militaires américains connaissaient "l'endroit précis" de la base utilisé par les militaires russes, a-t-il précisé.

- Une 'réponse proportionnée' -

Le porte-parole américain a laissé entendre que la frappe n'avait pas vocation à être répétée.

"Il s'agissait d'une réponse proportionnée" à l'attaque de Khan Cheikhoun, destinée à "dissuader le régime d'utiliser des armes chimiques à nouveau".

"Ce sera le choix du régime s'il y en a d'autres (bombardements), cela se décidera sur la base de leur comportement à venir", a-t-il dit.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Municipale 2014

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-