Syrie: l'armée russe affirme avoir tué 120 combattants de l'EI

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Syrie: l'armée russe affirme avoir tué 120 combattants de l'EI

Publié le 07/10/2017 à 11:47 - Mise à jour à 12:20
© Vasily Maximov / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Quelque 120 combattants du groupe jihadiste Etat islamique et plus de 60 "mercenaires" étrangers ont été tués en Syrie au cours de ces dernières 24 heures après des frappes aériennes des forces russes, a annoncé samedi le ministère russe de la Défense.

"Un poste de commandement des terroristes et jusqu'à 80 combattants y compris neuf natifs du Caucase du nord ont été détruits dans la zone de Mayadine" (est), selon le ministère qui ajoute qu'une quarantaine de combattants de l'EI ont été tués près de la ville de Boukamal.

Par ailleurs, à la suite d'une frappe aérienne, plus de soixante mercenaires étrangers originaires de pays de l'ex-Union soviétique, de Tunisie et d'Egypte ont été tués au sud de Deir Ezzor, selon le ministère russe.

Toujours selon le ministère, "un nombre important de mercenaires étrangers" sont arrivés à Boukamal en provenance d'Irak.

Mayadine est l'un des derniers bastions de l'EI en Syrie.

Les populations civiles ont payé un lourd tribut lors de la progression contre l'EI à Deir Ezzor au cours des frappes aériennes russes et de la coalition.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, basé en Grande-Bretagne, quatorze personnes, dont trois enfants, ont été tuées jeudi soir lors des frappes russes alors qu'elles fuyaient à bord de radeaux sur l'Euphrate à proximité de Mayadine.

Moscou n'a toutefois reconnu aucune perte civile lors de ses frappes depuis son intervention en Syrie en 2015 et considère comme partiales les informations émanant de l'Observatoire syrien.

La Russie mène des frappes aériennes en soutien à Damas, son allié, en visant à la fois l'EI dans la province de Deir Ezzor et d'autres groupes jihadistes dans la province d'Idleb, dans le nord-ouest syrien.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un bombardier russe Su-35 à la base russe de Hmeimim, en Syrie, le 4 mai 2016

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-