Syrie: près de 140.000 déplacés par les combats dans le nord-ouest

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Syrie: près de 140.000 déplacés par les combats dans le nord-ouest

Publié le 01/05/2019 à 15:57 - Mise à jour à 19:06
© Aaref WATAD / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Beyrouth

-A +A

Près de 140.000 personnes ont été déplacées depuis février par les combats dans le nord-ouest de la Syrie, où le régime de Bachar al-Assad mais aussi son allié russe pilonnent un bastion jihadiste, a annoncé mercredi l'ONU.

A titre de comparaison, ce chiffre représente plus du double du nombre de déplacés en quatre mois de combats pour déloger le groupe Etat islamique (EI) de l'est syrien. Plus de 63.000 personnes avaient fui ces violences entre le 4 décembre et le 31 mars, selon l'ONU.

Contrôlés par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d'Al-Qaïda), la province d'Idleb et les territoires insurgés attenants échappent toujours au régime, qui a intensifié ces derniers mois ses bombardements.

Le pilonnage de cette province, mais aussi de territoires dans les régions voisines de Hama et Alep, a fait des dizaines de morts, poussant les civils à fuir pour trouver notamment refuge dans des camps de déplacés surpeuplés près de la frontière avec la Turquie.

"Depuis février, plus de 138.500 femmes, enfants et hommes ont été déplacés du nord de la province de Hama et du sud d'Idleb", a indiqué mercredi à l'AFP un porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), David Swanson.

Rien que pour le mois d'avril, plus de 32.500 personnes ont quitté leurs foyers dans les gouvernorats d'Alep, d'Idleb et de Hama, a-t-il précisé.

Les bombardements ces derniers jours ont visé entre autres le village d'Al-Qassabiyah. "La majorité des habitants se sont apparemment déplacés vers des villages plus sûrs en raison des hostilités", a ajouté M. Swanson.

Mercredi, un correspondant de l'AFP dans le sud d'Idleb a pu voir des nuages de fumée grise s'élever dans le ciel après des bombardements. Sur les routes, matelas de mousse colorés, tapis de jutes, frigidaires et machines à laver ont parfois été chargés sur des camionnettes, avec à leur bord des femmes et des enfants fuyant leurs villages pour aller plus au nord.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a fait état mercredi de violents bombardements de l'armée syrienne visant plusieurs secteurs du sud de la province d'Idleb et de la province voisine de Hama, qui ont tué au moins sept civils.

Les Etats-Unis ont appelé mardi Moscou et le régime syrien à se conformer à leurs engagements et à mettre fin à l'"escalade" des violences dans la région d'Idleb.

La province et les territoires insurgés adjacents abritent quelque trois millions d'habitants, dont la moitié sont des déplacés venus d'autres bastions rebelles reconquis par Damas.

Depuis septembre 2018, Idleb fait l'objet d'un accord négocié par Moscou et Ankara, qui parraine certains groupes rebelles, prévoyant la mise en place d'une "zone démilitarisée" séparant les secteurs jihadistes et insurgés des zones gouvernementales attenantes.

Cet accord a permis à Idleb d'éviter une offensive d'envergure de l'armée syrienne mais le régime poursuit ses frappes. L'aviation russe a également bombardé récemment la province, mais de manière plus sporadique, selon l'OSDH.

Déclenché en 2011 avec la répression de manifestations pro-démocratie par le régime, le conflit en Syrie a fait plus de 370.000 morts.

Auteur(s): Par AFP - Beyrouth


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Des enfants syriens fuient leur domicile après des bombardements présumés du régime de Damas contre les provinces de Hama et Idleb (Syrie), le 1er mai 2019

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-