Donald Trump fait le bonheur des néo-nazis américains

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Donald Trump fait le bonheur des néo-nazis américains

Publié le 17/08/2017 à 08:49 - Mise à jour à 08:50
© JIM WATSON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Suprémacistes blancs et groupes néo-nazis américains se sentent pousser des ailes et affirment que le président Donald Trump est de leur côté, après sa virulente sortie sur Charlottesville, lorsqu'il a affirmé que les militants antiracistes avaient leur part de responsabilité dans le drame.

"Cet homme fait absolument tout ce qui est en son pouvoir pour nous soutenir et nous avons besoin de son soutien", a ainsi écrit Andrew Anglin sur le site du DailyStormer, une des plateformes de l'extrême droite aux Etats-Unis.

"Cela sera désormais vraiment, vraiment dur d'avoir de quelconques mauvais sentiments envers Trump pour un long, long moment", a-t-il ajouté.

Donald Trump a suscité un profond malaise en Amérique et en particulier dans son camp républicain en affirmant qu'il y a eu des torts "des deux côtés" samedi dans la ville de Virginie où un sympathisant des théories sur la suprématie blanche a tué une jeune femme qui manifestait avec des antiracistes, en fonçant dans la foule avec sa voiture.

"La déclaration de Trump était juste et pragmatique", s'est aussi félicité Richard Spencer, organisateur du rassemblement d'extrême droite de samedi, convoqué sous le mot d'ordre "Unite the Right" (Rassembler la droite). "Trump accorde du crédit à la vérité", assure ce nationaliste "fier" du président républicain, qui a renvoyé dos à dos les groupuscules suprémacistes et les contre-manifestants.

"Merci président Trump pour votre honnêteté et votre courage de dire la vérité sur Charlottesville et condamner les terroristes de gauche", a abondé sur Twitter David Duke, figure des suprémacistes blancs et ancien dirigeant du Ku Klux Klan.

- 'Eléments de langage' -

L'extrême droite semblait donc bien prête à ne pas tenir compte des remarques du milliardaire lundi, lorsqu'il avait lu depuis la Maison Blanche un discours condamnant les "violences racistes" lors du rassemblement de Charlottesville, où les drapeaux nazis étaient notamment de sortie pour défendre la statue du général confédéré Robert E. Lee, statue controversée car symbole pour beaucoup du passé esclavagiste du Sud américain.

"Nous sommes désormais en prime time", s'est réjoui Jack Posobiec, autre figure de l'extrême droite américaine, rebaptisée "alt-right", ou droite alternative.

Nombre de groupes d'extrême droite présents à Charlottesville ont depuis vu leurs canaux de communication bloqués par les autorités.

Le DailyStormer, lui, jouait au chat et à la souris, parfois inaccessible ou réapparaissant avec un nom de domaine russe, avant de disparaître à nouveau.

Donald Trump, assure Andrew Anglin, toujours sur ce site, "utilise nos éléments de langage, selon lesquels George Washington et Thomas Jefferson sont les prochains (à être visés) après les monuments confédérés et selon lesquels ils essayent de détruire notre histoire".

Le plus important, pour James Kirkpatrick, dirigeant de l'organisation VDARE, qui voudrait que l'immigration aux Etats-Unis soit réservée aux européens blancs, est que Donald Trump ait participé à mettre en lumière ce qu'il considère comme la violence du mouvement antiraciste de gauche.

Le président Donald Trump, dit-il, "a enfin fait ce qu'aucun autre dans l'establishment conservateur n'aurait fait". A savoir, "critiquer les membres du mouvement des +antifa+ pour avoir propagé la violence lors d'une manifestation légale à Charlottesville."

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Donald Trump a suscité un profond malaise en Amérique et en particulier dans son camp républicain en affirmant qu'il y a eu des torts "des deux côtés" samedi.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-