Rare visite d'un ministre arabe sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Rare visite d'un ministre arabe sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem

Publié le 15/02/2018 à 15:03 - Mise à jour à 17:39
© Ahmad GHARABLI / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Jérusalem
-A +A

Le ministre omanais en charge des Affaires étrangères, Youssef ben Alaoui, s'est rendu jeudi sur l'esplanade des Mosquées, une rare visite de la part d'un responsable arabe au troisième lieu saint de l'islam à Jérusalem-Est annexée par Israël.

Oman et Israël n'ont pas de relations diplomatiques. Une telle visite réclame normalement une coordination préalable avec les autorités israéliennes qui contrôlent tous les accès de Jérusalem-Est et de l'esplanade des Mosquées.

M. Ben Alaoui, qui dirige de facto la diplomatie omanaise depuis de nombreuses années, est arrivé à Jérusalem de Ramallah, en Cisjordanie, territoire palestinien contigu à Jérusalem et également occupé par Israël, où il a rencontré le président palestinien Mahmoud Abbas.

Les Palestiniens revendiquent Jérusalem-Est comme la capitale du futur Etat auquel ils aspirent.

Israël s'est emparé de Jérusalem-Est en 1967 et l'a annexée. Il proclame tout Jérusalem sa capitale "indivisible".

Pour des raisons historiques et diplomatiques, la Jordanie reste la gardienne de l'esplanade des Mosquées, également révérée par les juifs sous le nom de Mont du temple.

La visite de M. Ben Alaoui intervient alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et l'administration américaine de Donald Trump promeuvent avec insistance l'idée d'intérêts communs entre pays arabes et Israël face à l'ascension de l'Iran, à la menace de l'islam radical et à de nouvelles réalités régionales.

Une reconnaissance d'Israël par les pays arabes paraît encore lointaine faute d'accord entre Israéliens et Palestiniens, mais certains signes ont laissé soupçonner ces derniers mois à un début de convergence.

Depuis sa création en 1948, seuls deux pays arabes, l'Egypte et la Jordanie, ont signé des traités de paix avec Israël.

Par ailleurs, l'administration Trump est supposée présenter à une date indéterminée un plan pour ranimer l'entreprise de paix moribonde entre Israéliens et Palestiniens.

Les Palestiniens refusent cependant d'accepter les Etats-Unis comme médiateurs depuis l'annonce, le 6 décembre par M. Trump, de la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Les Palestiniens ulcérés voient dans cette rupture avec des décennies de consensus international et le summum d'un parti pris pro-israélien.

Le statut de Jérusalem est l'une des questions les plus épineuses en vue d'un règlement du conflit.

Un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères et un autre de la police n'ont pas répondu dans un premier temps aux questions de l'AFP sur une coordination de la visite de M. Ben Alaoui avec les autorités israéliennes.

"Il est du devoir des Arabes de visiter la mosquée s'ils le peuvent", a dit M. Ben Alaoui en parlant de la mosquée Al-Aqsa, qui donne souvent son nom à l'esplanade.

Il s'est ensuite rendu au Saint-Sépulcre, haut lieu du christianisme, à quelques centaines de mètres de là.

M. Ben Alaoui, dont le pays joue régulièrement les médiateurs diplomatiques, s'est entretenu avec ses interlocuteurs à Ramallah notamment de la décision américaine sur Jérusalem, a rapporté l'agence officielle d'Oman.

Auteur(s): Par AFP - Jérusalem

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le chef de la diplomatie d'Oman, Youssef ben Alaoui (C), se rend sur l'esplanade des Mosquées, une rare visite d'un responsable arabe à ce lieu saint de l'islam à Jérusalem-Est occ

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-