Document Mediapart sur le financement libyen: non-lieu confirmé, pourvoi de Sarkozy

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Document Mediapart sur le financement libyen: non-lieu confirmé, pourvoi de Sarkozy

Publié le 23/11/2017 à 13:43 - Mise à jour à 13:45
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

La justice a confirmé le non-lieu dans l'enquête pour faux au sujet du document diffusé en 2012 par Mediapart censé prouver un financement libyen de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy, qui s'est pourvu en cassation, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

"Nous avons formé un pourvoi en cassation", a déclaré Me Thierry Herzog, conseil de l'ancien chef de l'Etat, sans faire de commentaire.

Comme l'a annoncé mercredi Mediapart, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a confirmé lundi le non-lieu rendu par les juges le 30 mai 2016 dans cette enquête, selon une source proche du dossier.

Le document avait été publié le 28 avril 2012 par Mediapart, dans l'entre-deux-tours de la présidentielle. Attribué à Moussa Koussa, ex-chef des services de renseignement extérieur de la Libye, aujourd'hui en exil, il affirmait que Tripoli avait accepté de financer pour "50 millions d'euros" la campagne victorieuse de Nicolas Sarkozy. L'ancien président de la République avait déposé plainte pour faux et publication de fausses nouvelles.

Dans son arrêt, la chambre conclut que "l'instruction n'a pas permis d'établir que la note publiée (par le site d'information) est un faux matériel", rappelant que l'expertise diligentée "ne révélait pas de trace d'altération voire de falsification volontaire", selon une source proche du dossier.

Et un collège d'experts a conclu que la signature au bas du document litigieux était de la main de Moussa Koussa, contrairement à ce qu'avait affirmé ce dernier en 2014, rappelle-t-elle.

D'après le document diffusé par Mediapart, les 50 millions d'euros correspondaient à un "accord de principe" lors d'une réunion qui se serait tenue le 6 octobre 2006 en présence, côté français, du futur ministre de Nicolas Sarkozy Brice Hortefeux, et de l'homme d'affaires Ziad Takieddine. Les deux protagonistes ayant démenti, l'enquête s'est attachée à vérifier si une telle réunion pouvait avoir eu lieu et a épluché l'emploi du temps de Brice Hortefeux.

Pour la justice, qui a retrouvé plusieurs traces de la présence de ce dernier en France entre les 5 et 7 octobre, l'hypothèse de sa participation à une telle rencontre semble fragile, mais la cour d'appel relève qu'il n'est "pas possible de conclure formellement (qu'elle) n'a pas eu lieu".

Une information judiciaire distincte est toujours en cours sur les soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, formulées par Ziad Takieddine et d'anciens dignitaires libyens, tandis que d'autres ont démenti.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'avocat Thierry Herzog, le 7 mars 2017 à Paris

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-