"Gilets jaunes": l'ultragauche "à la manoeuvre" à Paris, selon Nuñez

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

"Gilets jaunes": l'ultragauche "à la manoeuvre" à Paris, selon Nuñez

Publié le 11/02/2019 à 10:41 - Mise à jour à 10:44
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

L'ultragauche était "à la manœuvre" à l'occasion des violences survenues lors de la manifestation parisienne organisée dans le cadre de l'acte 13 des "gilets jaunes" samedi, a estimé le secrétaire d'État à l'Intérieur, Laurent Nuñez.

"Samedi à Paris, c'est l'ultragauche qui était à la manœuvre", a déclaré M. Nuñez sur France Info.

Le secrétaire d'État a réaffirmé que "les manifestations qui dégénèrent" sont "en partie" la conséquence d'un "noyautage d'ultras", ultragauche et ultradroite, suivis par des "gilets jaunes radicalisés".

"Je ne dis pas stop aux manifestations mais stop à la violence", a-t-il complété.

Dans la capitale où quelque 4.000 participants ont été dénombrés par les autorités, du mobilier urbain et des distributeurs de banques ont été cassés, une dizaine de véhicules incendiée, principalement des voitures de luxe mais aussi une voiture de la mission antiterroriste militaire Sentinelle.

Placé en garde à vue, l'incendiaire de ce véhicule est "bien identifié et vient de la mouvance anarcho-libertaire", avait annoncé dimanche le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Samedi, des incidents ont également éclaté à l'arrivée du cortège devant l'Assemblée nationale, où un manifestant âgé d'une trentaine d'années a eu une main arrachée.

Face aux nouvelles demandes d'interdiction des armes de force intermédiaire et en particulier de la grenade GLI-F4 à l'origine de la grave blessure du manifestant samedi, M. Nuñez a encore défendu leur nécessité.

"L'armement intermédiaire en France, il est indispensable pour éviter du corps à corps et pour éviter l'usage d'arme administrative (armes à feu, ndlr) dans des situations de violences extrêmes", a déclaré M. Nuñez.

Sur les faits survenus devant l'Assemblée nationale, le secrétaire d'État a affirmé que les forces mobiles "encerclées" avaient été "obligés d'utiliser l'armement intermédiaire en projetant sept grenades dont une grenade GLI-F4".

"Ce manifestant vêtu de noir, on n'a pas le sentiment au visionnage des vidéos qu'il fait un geste pour écarter une grenade. On voit très clairement que la grenade arrive, s'immobilise et qu'il la prend pour la jeter sur les forces de l'ordre en la confondant sans doute avec une grenade lacrymogène", a exposé M. Nuñez tout en appelant à la prudence et en renvoyant sur les conclusions de l'enquête judiciaire confiée à l'inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN).

Ce récit est contesté par des proches du manifestant, un trentenaire originaire d'Argenteuil, dans le Val-d'Oise.

"La vérité ne sort que de l'enquête judiciaire et pas de ce qu'on peut dire dans les médias", a affirmé le secrétaire d'État.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Une personne est arrêtée par des policiers le 9 février 2019 lors de la manifestation des "gilets jaunes" à Paris

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-