Louis Giscard d'Estaing renonce à la présidence de l'UDI

Louis Giscard d'Estaing renonce à la présidence de l'UDI

Publié le 18/01/2018 à 18:47 - Mise à jour à 18:48
© THOMAS SAMSON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Louis Giscard d'Estaing, conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, a renoncé à sa candidature à la présidence de l'UDI, a-t-il indiqué jeudi à l'AFP, en confirmant une information de L'Opinion.

"Je souhaitais revitaliser notre formation politique, mais il n'y a plus de possibilité réelle d'exercer cette influence depuis que les Radicaux et les Centristes d'Hervé Morin ont quitté l'UDI", a-t-il déploré, en expliquant renoncer à sa candidature.

"Ma démarche était de reconstruire la parti en mode confédéral, comme autrefois l'UDF. Mais, au lieu de s'ouvrir, le parti s'est rétréci", a-t-il encore fait observer.

Les Radicaux valoisiens ont quitté l'UDI en décembre, après leur réunification avec le Parti radical de gauche, au sein du Mouvement radical.

Les Centristes d'Hervé Morin ont quant à eux fait sécession avec la fédération centriste fin 2017.

L'actuel président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, est désormais assuré d'être reconduit à la tête du parti en mars prochain, étant le seul à avoir réuni les 500 parrainages requis. Mais la liste officielle des candidats ne sera rendue publique que le 30 janvier, après validation d'une commission de contrôle.

Louis Giscard d'Estaing avait annoncé sa candidature mi-novembre, et appelé son parti à "saisir l'opportunité d’occuper pleinement" l'espace politique laissé vacant par d'une part Emmanuel Macron, qui est "l'héritier de François Hollande, donc de François Mitterrand", d'autre part par M. Wauquiez, et sa position "moins pro-européenne, voire eurosceptique".

Sans être candidat à la présidence, le fils de l'ancien président de la République ne quitte pas pour autant l'UDI, a-t-il souligné, "bien que ce ne soit pas là où je peux être le plus utile".

Le maire de Chamalières a par ailleurs indiqué se consacrer à son club de réflexion, LesIdées.fr. "Il vaut mieux créer des passerelles qui ne soient pas des structures partisanes", s'est-il justifié.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Louis Giscard d'Estaing, conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, à Paris, le 8 décembre 2014

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-