LR: un parti "où le débat est interdit", affirme Copé

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

LR: un parti "où le débat est interdit", affirme Copé

Publié le 05/08/2018 à 11:06 - Mise à jour à 11:37
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Le parti Les Républicains est devenu "un lieu où le débat est interdit", accuse l'ex-président de l’UMP, Jean-François Copé, dimanche dans un entretien au Parisien.

"Ce parti est devenu, hélas, un lieu où le débat est interdit. Ceux qui pouvaient le porter ont été soit écartés, soit exclus avec une violence absurde", déclare M. Copé.

Pour le maire de Meaux, "depuis 15 mois, la droite n'a, hélas, pas trouvé ses marques". Il reproche au président des Républicains Laurent Wauquiez son "ambiguïté". "On ne gagne pas à être ambigu car les Français ne supportent plus l’insincérité", estime-t-il. "Cette ambiguïté se traduisant par un flirt ostentatoire avec l’extrémisme est mortelle pour la droite".

"Mon intuition, c’est que la révolte viendra du terrain et que les maires en seront les hérauts !", affirme-t-il, prédisant "une recomposition complète à droite et un boulevard pour celles et ceux qui proposeront un nouveau souffle !"

Selon lui, les élections européennes de juin 2019 "seront un moment de vérité". "Mais, là encore, l’euroscepticisme affiché par l’équipe dirigeante n’est pas notre ADN : c’est le langage des extrémistes", juge-t-il, indiquant qu'il fera "le moment venu des propositions aussi sur ce sujet".

"Les Républicains doivent redevenir un parti capable de gouverner, réaffirmer une ligne et des idées : ferme sur le plan régalien ; libéral et social sur le plan économique", estime-t-il.

Pour Jean-François Copé, LR doit "challenger" Emmanuel Macron "sur ses insuffisances": "D’abord, en exigeant un virage sécuritaire beaucoup plus vigoureux. (...) Ensuite, sur le pouvoir d’achat des classes moyennes : seule une baisse claire et massive de l’impôt sur le revenu l’améliorera. Et enfin, les territoires doivent être pris en considération".

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Jean-Francois Copé le 9 mai 2017 à Paris

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-