Marine Le Pen "ne croit pas" à un scénario à l'italienne en France

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Marine Le Pen "ne croit pas" à un scénario à l'italienne en France

Publié le 15/05/2019 à 09:10 - Mise à jour à 13:18
© Raigo PAJULA / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Marine Le Pen a affirmé mercredi qu'elle ne croyait pas à un scénario à l'italienne en France d'alliance entre le Rassemblement national (RN) et la France insoumise (LFI), à l'instar de la coalition de gouvernement en Italie entre la Ligue et le Mouvement 5 Etoiles.

Interrogée sur la possibilité d'un scénario à l'italienne à l'issue de la présidentielle de 2022, Mme Le Pen a répondu: "Je ne crois pas parce que 5 étoiles n'est pas en l'occurrence la France insoumise".

La finaliste de la présidentielle en 2017 a cependant défendu le clivage entre "mondialistes" et "nationaux" qui "traverse LFI comme il a traversé LR", au lendemain de l'annonce du soutien au RN, pour les élections européennes, d'un conseiller régional LFI, Andréa Kotarac, dans le but de "faire barrage" à Emmanuel Macron.

"Il y a une cohérence" dans ce soutien "puisque la France insoumise ne cesse de dire qu'il faut battre Macron", a estimé Mme Le Pen, en assurant qu'il y aurait "d'autres" ralliements similaires.

M. Kotarac, ancien membre de l'équipe de campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, "a constaté qu'à la France insoumise il y a une véritable dérive (...) sur le communautarisme, dans les relations troubles avec le fondamentalisme islamiste, (et) dans le domaine de la laïcité", a estimé Mme Le Pen.

La députée du Pas-de-Calais considère en outre que LFI "a abandonné ce souverainisme. Ils veulent, eux, la disparition, la dilution des nations".

Marine Le Pen a par ailleurs assuré que le parti estonien d'extrême droite Ekre, qu'elle a rencontré mardi à Tallin, était "évidemment un mouvement qui est sérieux sinon il n'aurait pas ces postes-là" de ministres.

La cheffe du RN s'est fait prendre en photo mardi à Tallin avec un responsable ultra-radical de Ekre, qui se présente comme un "suprémaciste finno-ougrien", cliché sur lequel les deux élus font un signe familier des suprémacistes blancs, dont la présidente du RN a dit ignorer la signification.

Le parti Ekre, qui a défrayé la chronique pour compter dans ses rangs des personnes condamnées pour des actes de violences et des sympathisants néo-nazis, a fait une percée aux législatives du 3 mars en Estonie. Il siège depuis le 24 avril dans le gouvernement dirigé par le centriste Juri Ratas.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen s'exprime lors d'une conférence de presse à Tallinn, en Estonie, le 14 mai 2019

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-