Mézard du PRG ne pleure "pas sur l'état du parti socialiste"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Mézard du PRG ne pleure "pas sur l'état du parti socialiste"

Publié le 23/05/2017 à 20:47 - Mise à jour à 20:50
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Le nouveau ministre de l'Agriculture, Jacques Mézard (PRG), a assuré mardi qu'il ne "pleur(ait) pas sur l'état du parti socialiste", miné par de profondes divisions notamment entre ceux qui souhaitent soutenir Emmanuel Macron et ceux qui préfèrent rester dans l'opposition.

"Je serais hypocrite si je pleurais sur l'état du parti socialiste. Je constate qu'un certain nombre d'anciens ministres ou de députés sortants socialistes (...) considère que le programme du nouveau président de la République est un bon programme, on ne va pas rejeter leur concours", a-t-il estimé sur le plateau de "L'Epreuve de Vérité" Public Sénat/AFP/Les Echos/Radio Classique.

A la question: "Demain si le PS disparaissait, vous ne pleureriez pas?", il a souri: "la réponse est dans la question".

Soutien de la première heure du candidat Macron, M. Mézard, 69 ans, qui s'est opposé pendant la présidentielle à la position officielle du Parti radical de gauche de ne pas soutenir ouvertement le candidat d'En Marche!, a également affirmé qu'il n'avait "pas de doute" sur le fait que les candidats PRG aux législatives se présentant sans concurrence de candidats d'En Marche, siégeraient au sein du groupe REM à l'Assemblée.

A propos de la volonté de Jean-Pierre Raffarin (LR) qu'"il y ait à l'Assemblée des députés Républicains +constructifs+" qui soutiennent la politique de M. Macron, M. Mézard a estimé que "c'est la démonstration que le message d'Emmanuel Macron est entendu dans ce pays". "Que nous sommes en train de sortir de blocages politiques qui n'avaient plus guère de sens", a-t-il complété.

"L'organisation de base, ce sont ceux qui sont En Marche, c'est-à-dire qui soutiendront l'action du programme du président", a-t-il expliqué. Mais pour autant, a-t-il précisé, en rappelant ne pas être "un adepte" des ordonnances, "ça ne veut pas dire être le doigt sur la couture du pantalon pendant 5 ans". "Parce qu'un Parlement, une majorité qui n'aurait aucune liberté d'expression, en général, ça ne se finit pas bien", a-t-il prévenu.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le ministre de l'Agriculture Jacques Mezard à l'Elysée à Paris, le 18 mai 2017

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-