Nouvelles tensions à l'Assemblée autour des propos de Rugy sur l'absentéisme

Nouvelles tensions à l'Assemblée autour des propos de Rugy sur l'absentéisme

Publié le 07/02/2018 à 15:45 - Mise à jour à 16:06
© ALAIN JOCARD / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Les déclarations récentes du président de l'Assemblée François de Rugy sur les sanctions pour les députés "multirécidivistes de l'absence" ont à nouveau suscité des tensions mercredi, lors de la réunion du bureau, notamment avec LFI, ont rapporté des participants.

Pas à l'ordre du jour, le sujet est revenu dans les questions diverses, lors de cette réunion de la plus haute instance collégiale du Palais Bourbon.

M. de Rugy (LREM) avait exprimé sa volonté dimanche sur BFMTV de faire "appliquer strictement" les sanctions financières pour les députés qui seraient "multirécidivistes de l'absence", pouvant atteindre "4.320 euros d'amende" en cas de présence à moins des deux tiers des scrutins solennels.

"Ca s'est tendu sur les sanctions", a déclaré à l'AFP l'Insoumise Clémentine Autain, selon qui d'autres élus, notamment de droite, sont intervenus sur ce point, certains étant "très remontés". Un autre participant a confirmé que les sanctions avaient "fait débat".

Alors que la réunion était en cours, Mme Autain a diffusé un tweet qui a envenimé les discussions: "Pour 3 députés sur 577 concernés depuis juin, Rugy met sur la table la sanction financière pour absentéisme", a-t-elle écrit, dénonçant "un antiparlementarisme écoeurant agité par un tout petit président de l'Assemblée".

"François de Rugy n'a pas du tout apprécié mon tweet en pleine séance", a déclaré la députée. Elle avait déjà eu auparavant "un échange musclé" avec le président de l'Assemblée qui, selon elle, "pointait du doigt la mélenchosphère et ses attaques contre lui".

Un participant a déploré pour sa part des "attaques personnelles injustes, fausses et insultantes" et affirmé que la majorité avait "serré les rangs autour de François de Rugy".

Dans l'échange, le président de l'Assemblée "a rappelé que certains députés d'opposition eux-mêmes n'hésitaient pas à tweeter des photos de l'hémicycle vide et d'en faire un argument politique. Il leur a rappelé que ce n'est pas lui qui a mis le sujet sur la table", mais que tout est "parti de l'absence des trois quarts des députés" le 22 janvier pour la résolution appelant à un nouveau traité de l'Elysée entre la France et l'Allemagne, a souligné un autre participant.

"Rugy a simplement mis en lumière que le règlement n'était pas appliqué", a relevé un autre membre du bureau, soulignant que "la même règle" s'applique au Sénat.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




François de Rugy à l'Assemblée nationale, le 31 janvier 2018

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-