Poutou dénonce le report de l'ouverture de la période de parrainage

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Poutou dénonce le report de l'ouverture de la période de parrainage

Publié le 20/02/2017 à 14:28 - Mise à jour à 14:34
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Le candidat à la présidentielle du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) Philippe Poutou a dénoncé lundi le décalage de deux jours de la date d'envoi du formulaire des parrainages par les préfets, y devinant une "volonté perverse" de l'Etat de nuir aux "petits candidats".

En raison du déplacement en Chine du Premier ministre Bernard Cazeneuve, le conseil des ministres, qui se tient habituellement le mercredi, est exceptionnellement décalé à vendredi, retardant ainsi la signature du décret de convocation des électeurs.

L'ouverture de la période du dépôt des parrainages, prévue initialement le jeudi 23 février, a donc été retardée par le Conseil constitutionnel au samedi 25 février. Elle se termine le 17 mars.

"Une décision discrète" de la part du gouvernement, selon le quotidien d'informations destiné aux élus locaux Maire info, qui prévoit que "les formulaires n'arriveront au mieux en mairie que le lundi 27, voire, plus probablement, le mardi 28."

"Ça nous complique la vie. Il y a une volonté perverse de compliquer les choses. Le petit candidat est cantonné à rester un petit candidat", a fustigé M. Poutou, lors d'une conférence de presse au cours de laquelle il a déclaré "approcher des 300" parrainages sur les 500 pour être officiellement candidat.

Evoquant un "barrage anti-démocratique", M. Poutou a estimé que "ce serait dommage que la seule candidature ouvrière et que le seul salarié à cette élection ne puisse pas y arriver".

Pour la porte-parole du NPA Christine Poupin, "ce n'est pas du tout pareil si (les formulaires de parrainage sont) envoyé(s) le vendredi, le samedi ou le lundi". "Nous sommes dans une démarche militante avec des gens qui travaillent, qui ont pris des RTT pour avoir un rendez-vous avec un maire", a-t-elle expliqué.

"On comptait sur trois semaines pour faire ça, mais la période est raccourcie et amputée d'un weekend. Ça perturbe un agenda qui est déjà compliqué à mettre en place", a-t-elle ajouté.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Philippe Poutou, le candidat du NPA, à Montreuil en banlieue parisienne, le 16 janvier 2017

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-