Présidentielle: Jean-Luc Mélenchon croit à sa présence au second tour

Présidentielle: Jean-Luc Mélenchon croit à sa présence au second tour

Publié le 11/04/2017 à 08:53 - Mise à jour à 11:30
© Anne-Christine POUJOULAT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Jean-Luc Mélenchon a affirmé mardi qu'il se qualifierait pour le deuxième tour de l'élection présidentielle, disant croire à un "paysage entièrement nouveau" dans lequel, après avoir dépassé François Fillon, l'argument du "vote utile" en faveur d'Emmanuel Macron va "s'effondre(r)".

Qualifié pour le second tour, "je le serai", a affirmé M. Mélenchon sur RTL.

Le leader de La France insoumise s'était fixé l'objectif de ravir la troisième place à François Fillon dans les sondages, ce qui est le cas, pour un point (18% contre 17%), dans la livraison Kantar-Sofres-OnePoint diffusée dimanche, derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

A présent, a-t-il dit, son objectif est "d'abord de m'assurer que la prise est bien faite. Et vous voyez bien qu'un paysage entièrement nouveau se dessinerait tout aussitôt car si je suis devant M. Fillon, alors tout l'argument d'après lequel le vote utile serait M. Macron pour éviter Fillon-Le Pen s'effondre".

M. Macron, "je lui disputerai le terrain le moment venu", a poursuivi le député européen, évoquant l'"agrégat assez fragile de gens qui le soutiennent". "Les gens l'identifient: c'est un centriste, un libéral", dit-il.

"Ce que je lui demande (...) c'est de garder à nos échanges la tenue qu'ils doivent avoir car l'un d'entre nous parmi les quatre que vous avez cités sera le président de la République dans un mois", a-t-il dit, après que M. Macron a notamment dénoncé sa "fascination" pour Vladimir Poutine.

"Ca ne sert à rien de parler comme ça", a dit M. Mélenchon, qui reproche à M. Macron d'avoir simplement "pris acte" des frappes décidées par Donald Trump en Syrie. "Quand on est président de la République française on ne prend pas acte du bombardement décidé par une personne sans mandat de l'Onu, de l'Otan, de personne".

"Que M. Bachar al-Assad soit un criminel, tout le monde le sait, la discussion ne porte pas sur ce point", mais "sur comment arrêter la guerre et rendre la parole au peuple syrien dans des conditions démocratiques et de paix qui fassent qu'eux-mêmes puissent s'en débarrasser", a-t-il dit, réaffirmant son opposition aux interventions militaires occidentales.

"Ca n'a jamais rien donné les missionnaires armés", a-t-il dit, reprenant une expression de Robespierre prononcée en 1792.

M. Mélenchon a également promis d'annoncer "une forme particulière de gouvernement", sans plus de précisions. Il pourrait en faire l'annonce lors de son meeting à Dijon le 18 avril.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jean-Luc Mélenchon sur le Vieux-Port de Marseille le 9 avril 2017.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-