Retraite, chômage des députés: feu vert à l'Assemblée pour un alignement sur le droit commun

Retraite, chômage des députés: feu vert à l'Assemblée pour un alignement sur le droit commun

Publié le 02/08/2017 à 14:12 - Mise à jour à 14:50
© PHILIPPE LOPEZ/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Le bureau de l'Assemblée nationale a donné mercredi son feu vert à un alignement sur le droit commun du régime de retraite des députés et de leur allocation chômage, selon un communiqué.

Les conditions de retraite des députés seront celles de la fonction publique, avec une application immédiate mais non rétroactive, a-t-on précisé de source parlementaire.

L'allocation de fin de mandat des députés (chômage) sera alignée sur le régime de l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE).

De plus, le bureau, plus haute instance collégiale de l'Assemblée, a décidé de supprimer dès à présent les avantages sur les transports dont bénéficiaient certains anciens parlementaires et leur conjoint.

Actuellement, les anciens députés ayant été parlementaires au moins 18 ans peuvent obtenir le remboursement de 50% des dépenses relatives à six voyages aériens aller-retour par an en métropole, et une prise en charge de leurs déplacements en train. Les anciens députés ayant été élus à l'Assemblée à trois reprises ont les mêmes avantages pour les voyages aériens. Pour le train, ils ont droit à une carte demi-tarif ou au remboursement intégral de quatre voyages aller-retour en métropole.

L'économie sur ces avantages de transport est évaluée à 800.000 euros par an par la présidence.

Le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy (République en marche, issu des écologistes), avait annoncé récemment ces premières décisions pour qu'"on parl(e) enfin des députés non plus pour des soupçons mais pour le travail qu'ils font". La suppression du régime spécial de retraites des parlementaires, déjà réformé en 2010, était aussi une promesse du candidat Emmanuel Macron.

En outre, comme souhaité par M. de Rugy, le bureau a arrêté "la méthode du processus de réforme" pour "une nouvelle Assemblée nationale", voulue plus "moderne" et préparant la réduction du nombre de parlementaires.

Sept groupes de travail seront constitués en septembre: sur "le statut des députés et leurs moyens de travail", "les conditions de travail à l’Assemblée nationale et le statut des collaborateurs parlementaires", "la procédure législative" et "les droits de l’opposition", "les moyens de contrôle et d’évaluation", "le développement durable" à l'Assemblée, "la démocratie numérique" et encore "l’ouverture de l’Assemblée nationale à la société".

Chaque groupe de travail sera composé de dix députés et chaque groupe politique en présidera un, assisté d'un rapporteur de la majorité. Les auditions seront publiques.

A partir d'une feuille de route fournie par le bureau, chaque groupe devra faire des propositions tous les six mois. Les propositions retenues par le bureau pourront être traduites dans des propositions de loi ou amendements, notamment au projet de réforme constitutionnelle annoncé par le chef de l'Etat.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, dans la "salle des pas perdus", le 1er août 2017 à Paris.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-