Chine: des moines interdits d'enseignement du tibétain

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Chine: des moines interdits d'enseignement du tibétain

Publié le 19/02/2019 à 04:43 - Mise à jour à 07:36
© Johannes EISELE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Pékin
-A +A

Des autorités du nord-ouest de la Chine ont défendu l'interdiction pour les moines bouddhistes locaux d'enseigner de façon informelle la langue tibétaine aux enfants, dans un contexte de restrictions visant les organisations religieuses au niveau national.

Un comté du Qinghai -- une province qui compte une forte population tibétaine -- a ordonné en décembre la fin de ces cours, donnés jusque-là par les religieux dans des monastères durant les vacances scolaires d'hiver.

Ce type d'enseignement avait gagné en popularité ces dernières années auprès de certains parents. Ils y voyaient un moyen pour leurs enfants de renforcer leur niveau de tibétain, une langue qui perd du terrain face à la progression du chinois dans les écoles.

La région autonome du Tibet (sud-ouest de la Chine), peuplée très majoritairement de Tibétains et frontalière de la province du Qinghai, avait déjà interdit l'été dernier aux élèves de participer à des activités religieuses durant les vacances d'été.

Le gouvernement provincial a déclaré lundi à l'AFP que les cours de langue donnés par les moines étaient "illégaux". Selon lui, les monastères présentent par ailleurs des "dangers pour la sécurité" et sont "mal équipés" pour accueillir des élèves.

"Selon la loi chinoise (...) l'éducation est assurée par le gouvernement. Aucune organisation ou personne ne peut utiliser la religion comme un moyen d'entraver le système éducatif public", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Il estime que ces cours représentent un fardeau financier pour les familles, et contreviennent aux règlements visant à réduire la charge de travail des élèves. Le cas des monastères et des moines qui enfreignent les nouveaux règlements seront "traités conformément à la loi", selon les autorités provinciales.

Le Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir se méfie des organisations, notamment religieuses, pouvant menacer son autorité. Il a resserré ces dernières années la surveillance des cultes.

Des églises considérées comme illégales ont été détruites, des croix descendues du sommet des édifices religieux car jugées trop ostentatoires, et des crèches confessionnelles fermées.

Dans la région autonome du Xinjiang (nord-ouest), où vit une population à majorité musulmane, les autorités interdisent depuis 2017 le port de la burka. Elles découragent également l'observance du jeûne du ramadan par les fonctionnaires et les étudiants.

Auteur(s): Par AFP - Pékin

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un fidèle prie au passage de moines bouddhistes pendant une cérémonoe au monastère de Rongwo, dans la préfecture autonome tibétaine de Huangnan, le 1er mars 2018

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-