Dans la peau d'un entraîneur de foot irakien qui a perdu la voix

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Dans la peau d'un entraîneur de foot irakien qui a perdu la voix

Publié le 12/03/2017 à 10:55 - Mise à jour à 11:04
© SABAH ARAR / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Kadhim Flayeh tapote sa montre avec trois doigts. C'est par ce geste que l'entraîneur de l'équipe des jeunes de l'Air Force Club de Bagdad, qui a récemment perdu sa voix, marque le début de la séance.

Ce coach de 57 ans a subi l'an dernier une ablation du larynx à la suite d'un cancer mais cela ne l'empêche pas de continuer à assouvir sa passion.

Il utilise un électro-larynx, petit appareil dont les vibrations permettent de produire une voix synthétique.

Parfois, il pose quelques mots sur une feuille, qu'un adjoint lit alors à voix haute. Et il arrive qu'un "simple regard suffise" à transmettre une consigne, explique-t-il.

Mais à l'entraînement ou en match, Kadhim Flayeh communique beaucoup avec ses joueurs par des gestes: "Lorsque je fais des gestes, les joueurs savent ce que je veux."

Par exemple, "lorsque je lève quatre doigts, j'attends qu'ils fassent le pressing sur l'adversaire et ça, ils le comprennent très bien", explique-t-il.

Deux bras grands ouverts à l'horizontale et les joueurs se mettent à occuper tout l'espace du terrain.

Si Kadhim réduit l'écart de ses bras, les joueurs resserrent les lignes et adoptent une formation plus compacte.

Et pour réclamer un marquage strict, le coach lève deux doigts d'une main et un doigt de l'autre.

"On n'a aucune difficulté à comprendre ce qu'il veut. Au contraire, nous avons très vite saisi ses instructions", confirme Sadiq Binwane, 17 ans, vêtu du maillot mauve du club.

- "Dénicheur de stars" -

Kadhim Flayeh entraîne l'équipe des jeunes de l'Air Force Club de Bagdad depuis 1998 et est devenu l'un des entraîneurs les plus populaires d'Irak. Toujours exigeant avec ses joueurs, il suscite un grand respect dans le monde du sport et au-delà.

Dans les médias, cet homme est surnommé "le dénicheur de stars" car il a contribué à l'éclosion de plusieurs vedettes du football irakien. Ses joueurs, eux, l'appellent "l'inspirateur".

Mais il subit de plein fouet, comme d'autres, la crise financière que traverse son club. "Depuis deux mois, je ne perçois pas mon salaire", qui est d'environ 400 dollars mensuels (380 euros), assure-t-il.

L'an dernier, l'entraîneur avait été forcé de vendre sa voiture et quelques effets personnels pour pouvoir financer sa laryngectomie à Beyrouth.

Pour retrouver la parole, Kadhim Flayeh aurait besoin de subir en Allemagne une intervention chirurgicale à 50.000 dollars. Au-delà de ses moyens, dit-il.

Ses anciens joueurs ont lancé une collecte pour l'aider à financer cette opération. Pour l'heure, 3.500 dollars ont été réunis.

"Comme d'autres clubs, on vit une crise ces temps-ci", explique un membre du conseil d'administration.

La récession touche tous les secteurs de l'économie et de la société en Irak, qui doit notamment faire face depuis près de trois ans à la chute des prix du pétrole, sa principale ressource, et au coût de la guerre contre le groupe Etat islamique (EI).

Sportivement en revanche, les choses vont très bien pour Kadhim Flayeh.

Son équipe a remporté cette saison le championnat local et constitue l'un des principaux viviers de l'équipe première du club, victorieuse en 2016 de la Coupe de l'AFC (Confédération asiatique), deuxième épreuve continentale de clubs après la Ligue des champions d'Asie.

"Nous sommes heureux lorsque l'entraîneur lève les deux poings, cela veut dire qu'il est satisfait de nous", souligne le joueur Sadiq Binwane.

"La patience dont il fait preuve malgré son état de santé et sa persistance à travailler nous poussent à surmonter tous les obstacles", dit-il.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Entraîneur de l'équipe des jeunes de l'Air Force Club de Bagdad, Kadhim Flayeh (g) a subi l'an dernier une ablation du larynx à la suite d'un cancer mais cela ne l'empêche pas de continuer à exercer son métier.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-