Des hôtels de luxe à Cité Soleil, le recyclage responsable du savon en Haïti

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Des hôtels de luxe à Cité Soleil, le recyclage responsable du savon en Haïti

Publié le 18/06/2017 à 12:19 - Mise à jour à 12:25
© HECTOR RETAMAL / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Réduire le volume de déchets, permettre à des femmes vulnérables de trouver un travail décent et réduire les risques de maladies: le recyclage des bouts de savon laissés par les clients d'hôtels de luxe, se révèle avoir un impact socio-économique inestimable en Haïti.

Après quatre mois en Asie du Sud-Est où elle a découvert cette activité, Laure Bottinelli a fondé en janvier 2016 avec deux associées la société Anacaona, première et encore seule à recycler du savon en Haïti.

Ce concept a déjà séduit 25 structures hôtelières de Port-au-Prince et de Jacmel, destination de week-end prisée des étrangers vivant dans la capitale.

"Nous sommes toujours enthousiastes à participer à tout ce qui est +production nationale+ et aussi il y avait l'aspect éducatif sur l'hygiène, avec la crise du choléra que l'on a ici", témoigne Maï Cardozo Stefanson, une responsable du Montana, célèbre hôtel de la capitale.

"En Haïti, il n'y a jamais de gaspillage: la pauvreté est telle que tout est récupéré, réutilisé d'une façon ou d'une autre. D'ordinaire, le personnel récupérait les savons pour son utilisation personnelle", relève-t-elle. "Aujourd'hui, ils collectent les morceaux usagés et les donnent à Laure. En retour, ils reçoivent des savons qui sont propres car reconditionnés".

Récupérés dans les chambres d'hôtels, ces savons sont totalement désinfectés, puis râpés et fondus pour être reconditionnés: des tâches effectuées par les trois employées de l'entreprise.

"Je n'étais pas revenue en Haïti pour faire une ONG de plus", insiste Laure Bottinelli, chef d'entreprise de 28 ans. "Être une société anonyme légale, c'est avoir des femmes qui sont sous contrat".

"Certaines ne savent pas lire ou écrire mais on leur a bien expliqué ce que cela voulait dire un contrat de travail, qu'il y avait des règles à respecter mais qu'elles avaient aussi des droits qui les protégeaient", confie-t-elle.

- Priorité aux mères célibataires -

Dans un pays où l'informel est la norme, elle aime aussi à préciser que son entreprise est enregistrée auprès des autorités commerciales et fiscales.

Seuls des produits bios haïtiens sont utilisés pour parfumer les nouveaux savons, dont les emballages sont biodégradables: la petite entreprise se veut responsable et sociale, en donnant la priorité à l'emploi des mères célibataires.

"Ce travail c'est le Bon Dieu qui nous l'a apporté: mon petit commerce ne suffisait plus à payer l'école de mes enfants, la nourriture, le loyer", raconte Magoiana Frémond, tout en emballant minutieusement un savon au café.

"Anacaona aide le pays et m'aide beaucoup: mes enfants sont à l'école, ils mangent tous les jours. Avant, je louais un logement, maintenant j'ai commencé à me construire une maison", se réjouit cette mère de cinq enfants.

Une partie de la production est distribuée notamment dans des écoles de Jacmel mais la société a enregistré quelques commandes, émanant notamment de la chaîne française de cosmétiques Yves Rocher.

La petite entreprise mène donc de front son développement commercial et son action sociale pour contribuer à la réduction des maladies hydriques en Haïti.

Faute d'un accès sûr à l'eau potable, les maladies diarrhéiques sont l'une des premières causes de mortalité infantile dans le pays, selon l'organisation mondiale de la santé.

L'épidémie de choléra qui sévit depuis 2010 a causé la mort de près de 10.000 personnes. Il faut dire que 72% des habitants n'ont pas de toilettes chez eux.

Anacaona travaille en particulier avec les professeurs des écoles partenaires à l'enseignement de règles sanitaires aux élèves.

A Cité Soleil, commune la plus peuplée du pays et plus grand bidonville des Caraïbes, l'entreprise emploie aussi des agents communautaires.

Ces "ambassadeurs de l'hygiène" sillonnent ce quartier où eux-mêmes vivent, frappant aux tôles rouillées qui font office de portes d'entrée pour évaluer les connaissances sanitaires des habitants puis leur rappeler les règles primordiales.

"Maintenant, à chaque fois que les gens me croisent dans le voisinage, ils repensent aux conseils qu'on leur avait donné", s'amuse Judeline Joseph, 25 ans. "Parfois, ils n'ont pas les moyens d'acheter de quoi traiter l'eau mais, aussi, certains oublient tout simplement de prendre leurs précautions alors vraiment on est utiles".

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Judith, une employée d'Anacaona nettoie un savon le 6 juin 2017 à Port-au-Prince, en Haïti

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-